Le maire Régis Labeaume, le ministre François Blais et le ministre fédéral Jean-Yves Duclos (absent de la photo) sont allés à la rencontre des citoyens présents à l'inauguration de la place des Canotiers, dimanche.

Labeaume a d'autres projets pour les rives de Québec

Le ruban inaugurant la place des Canotiers n'était pas encore coupé, dimanche, que déjà Régis Labeaume avait la tête aux prochains projets d'aménagement riverain, à Québec. Le maire se tourne désormais vers la rive reliant la baie de Beauport au pont de l'île d'Orléans, en plus des berges des quatre grandes rivières de la ville.
Plusieurs citoyens ont profité de la journée ensoleillée pour assister à l'inauguration officielle de la place des Canotiers.
Six ans après les premiers balbutiements du projet et un an et demi après la première pelletée de terre, c'était jour d'inauguration officielle, dimanche, pour la place des Canotiers. Ouverte au public depuis vendredi, la nouvelle place de la rue Dalhousie a reçu la visite du maire Régis Labeaume, mais également du ministre québécois de l'Emploi et la Solidarité sociale, François Blais, et du ministre canadien de la Famille, Jean-Yves Duclos. 
«Quand je suis devenu maire de Québec, j'avais décidé que ce stationnement-là disparaîtrait. Je trouvais inconcevable qu'un site aussi particulier sur le bord du fleuve soit un stationnement», a raconté Régis Labeaume, s'adressant à une foule d'une cinquantaine de citoyens présents pour l'inauguration. «Les croisières arrivaient ici et la première chose qu'on voyait, c'était un stationnement. Ce n'était pas Québec, ça». 
La place des Canotiers, aménagée au cout de 39 millions $, n'est cependant qu'une étape dans le plan du maire pour aménager les rives de Québec. Rappelant que les travaux de la phase III de la promenade Samuel-De Champlain devraient débuter prochainement, Régis Labeaume a également dit espérer un investissement rapide du fédéral au Port de Québec. 
«Je suis certain que Jean-Yves Duclos va aider le Port de Québec à trouver l'argent pour que l'on puisse aménager tous les terrains qui longent la rive du Port», a lancé le maire, profitant de la présence du ministre fédéral. 
24 kilomètres de rives aménagées
Après le Port, ce sera l'aménagement de la rive du fleuve Saint-Laurent de la baie de Beauport jusqu'au pont de l'île d'Orléans, a poursuivi le maire.
«La vision, c'est du pont de Québec jusqu'au pont de l'île. Vingt-quatre kilomètres de rives aménagées. Ça existe dans d'autres villes dans le monde, mais pas comme on le fait ici. C'est de la grosse qualité», a lancé Régis Labeaume.
«La piste cyclable, présentement, elle est vraiment de l'autre côté de l'autoroute», a pour sa part noté la vice-présidente du comité exécutif de la Ville, Julie Lemieux, au sujet du tronçon reliant la baie de Beauport à l'île d'Orléans. «Ce qu'on souhaite, c'est vraiment avoir un chemin piétonnier et une piste cyclable sur le bord du fleuve parce que c'est la plus belle vue sur Québec et l'île d'Orléans. Il faut vraiment profiter de cet avantage-là que l'on a.» 
Des berges ludiques et originales
En plus des rives du fleuve, l'administration municipale s'attaquera bientôt aux berges des quatre grandes rivières de Québec: Beauport, Montmorency, Cap-Rouge et Saint-Charles (incluant Duberger). Le concours d'idées «Rêvons nos rivières» lancé par la Ville, début mai, compte déjà plusieurs participants, s'est réjoui Julie Lemieux. 
La fin du concours étant prévue pour la fin août, l'administration Labeaume prévoit dévoiler, à l'automne, un projet sur 10 ou 15 ans pour aménager les berges «de façon ludique, originale et différente», a expliqué la vice-présidente du comité exécutif. «On fait la place éphémère à la marina de Saint-Roch, cet été, pour donner une vitrine à ce concours-là et montrer aux gens ce que ça pourrait donner de mieux aménager nos rivières.»
Les commerçants satisfaits
Les travaux de plus de deux ans à la place des Canotiers ont causé leur part de maux de tête aux commerçants du secteur, mais le président de l'Association des gens d'affaires du Vieux-Port de Québec (AGAVP), Robert Plamondon, avait le sourire, dimanche après-midi, à l'inauguration de la nouvelle place publique. «On se dit un peu des riverains. Quand tu as un stationnement de 400 places et tu remplaces ça par un parc public, l'influence va être absolument positive.»
Durant les travaux, son association a dû élever la voix pour obtenir, notamment, un stationnement temporaire sur la rue Saint-Paul, mais le président affirme qu'aucune tension ne perdure avec la Ville. «C'est derrière nous maintenant. Si on n'avait pas grafigné un peu, on aurait peut-être été laissé pour compte. Mais il faut apprendre à travailler ce genre de situation ensemble, les gens d'affaires, les résidents et les gens du Port.»
Dans son discours d'inauguration de la place des Canotiers, Julie Lemieux a d'ailleurs tenu à saluer la patience et la collaboration de la population et des commerçants. «Ils ont accepté eux-mêmes de souffrir parce qu'ils savaient que le jeu en valait la chandelle.»