Questionné en marge du Déjeuner des gens d'affaires, le maire Régis Labeaume s'est montré très enthousiaste devant le projet. «Rien en bas de 50» [étages], a-t-il affirmé.

La Ville fermera un autre aréna

Après les arénas Gilles-Tremblay et Jacques-Côté, la Ville a l'intention de mettre la clé sous la porte d'un autre bâtiment abritant une glace. Les citoyens apprendront bientôt lequel.
Au cours des prochaines années, la Ville de Québec fermera quatre arénas, a affirmé hier le maire Régis Labeaume. On savait déjà que les arénas Jacques-Côté de Sillery et Gilles-Tremblay de Beauport étaient condamnés à moyen terme. Hier, M. Labeaume a confirmé que le Colisée Pepsi faisait aussi partie du lot. Mais il a ajouté qu'un autre subirait le même sort... sans vouloir dévoiler quelle sera la future victime.
«Attendez un peu. Il faut que j'aille voir la communauté avant. Que je leur explique. Parce que ce quatrième-là, que vous ne connaissez pas, on est peut-être en train de le remplacer. Je voudrais aller voir la communauté en leur disant : "On le démolit, mais on le remplace par quelque chose qui n'est pas si loin de chez vous."»
Il faudra donc remplacer ces quatre arénas, en prévoir encore davantage. Car avec l'arrivée éventuelle d'une équipe de la Ligue nationale de hockey, il y aura une recrudescence d'intérêt des jeunes pour le hockey, prédit M. Labeaume. «Alors, il ne faudra pas en manquer.»
Le privé dans l'équation
La Ville est à élaborer un plan pour combler les besoins en heures de glace. Ce plan pourrait faire de la place au privé. La Ville a d'ailleurs déjà une entente avec la municipalité de Boischatel et son aréna entièrement privé. Un modèle qui plaît particulièrement au maire de Québec. Il l'avait laissé savoir par la voie des médias, et les promoteurs intéressés n'avaient pas tardé à se manifester. «On évalue ce qu'on a sur la table.»
Le maire en a d'ailleurs profité pour rappeler l'importance du projet d'anneau de glace, dans Sainte-Foy, qui comprend aussi deux patinoires standard. Ce projet, financé aux deux tiers par les gouvernements, a été mis sur la glace par les libéraux de Philippe Couillard. «Il faut absolument que les deux glaces [de l'anneau] soient là, sinon on n'y arrivera pas.»