Dans son plan Place aux arbres 2015-2025 divulgué vendredi après-midi par voie de communiqué, la Ville indique vouloir faire passer son indice moyen de canopée de 32 % à 35 %.

La Ville de Québec plantera deux fois plus d'arbres en 2016

La Ville de Québec a dévoilé vendredi sa vision de la protection et de la mise en valeur de la forêt urbaine. D'ici 2025, elle souhaite augmenter le couvert forestier sur son territoire de 3%.
Dans son plan Place aux arbres 2015-2025 divulgué vendredi après-midi par voie de communiqué, la Ville indique vouloir faire passer son indice moyen de canopée de 32 % à 35 %. «Il s'agit d'un objectif ambitieux qui nécessitera des efforts importants pour conserver la canopée existante et pour augmenter le nombre d'arbres plantés», a affirmé le maire Régis Labeaume.
Pour arriver à ses fins, plusieurs actions sont prévues en 2016, notamment doubler le nombre d'arbres plantés dans le cadre des programmes municipaux de plantation d'arbres d'alignement de rues, bonifier la journée de distribution d'arbres 2016 et y associer une campagne de promotion des bienfaits des arbres ainsi que poursuivre l'aménagement des parcs naturels, notamment du parc naturel du Mont-Bélair, du parc de la Rivière-du-Berger et du parc de la Rivière-Beauport.
«Notre inventaire informatisé des arbres, nos programmes de détection précoce des maladies et des insectes ravageurs ainsi que des réglementations destinées à accroître le couvert végétal nous permettent d'assurer la pérennité de notre forêt urbaine», a affirmé par communiqué le conseiller membre de l'exécutif et responsable de l'environnement, Steeve Verret.
Certains secteurs moins verdoyants seront plus ciblés par la Ville au cours des prochaines années, notamment dans l'arrondissement de La Cité-Limoilou, soit Saint-Roch, Lairet et Vanier. Ces quartiers possèdent un couvert forestier de respectivement 12 %, 18 % et 13 %. Afin de remédier à cette situation, Québec prévoit y planter 1830 arbres d'ici 2025.
Quant au quartier le mieux garni dans la capitale, il s'agit de Sillery, avec un indice de canopée s'élevant à 42 %.
Un pas dans la bonne direction
Pour la présidente de Québec Arbres, Johanne Elsener, le plan Place aux arbres de la Ville est un «pas dans la bonne direction dans la protection de la santé des gens».
«Les arbres urbains sont extrêmement importants pour protéger la santé des gens. Ils dépolluent l'air», souligne-t-elle. «Aussi, leurs présences incitent les citoyens à aller marcher, faire de l'exercice. [...] Du point de vue de la santé publique, c'est extrêmement important.»
Toutefois, Mme Elsener estime que la cible de Québec fixée à 35 % aurait pu être beaucoup «plus ambitieuse». «Lorsqu'on regarde du côté de Toronto, qui est une ville beaucoup plus populeuse et dense que Québec, l'objectif est d'au moins 45 %», déplore-t-elle.
Québec invite la population à se prononcer sur sa vision et à proposer de nouvelles pistes d'actions. Les citoyens ont jusqu'au 29 janvier. Le questionnaire est accessible sur le site Web de la Ville dans la section Sujets de l'heure.