Tout au bout du boulevard Lebourgneuf, beaucoup de camions sortent des installations des carrières Union et Québec, ainsi que d’entreprises du monde de la construction comme Permacon et Béton provincial.

La Ville de Québec passera le balai pour les carrières

La Ville de Québec paiera de sa poche pour passer le balai quotidiennement autour des poussiéreuses carrières installées tout au bout du boulevard Pierre-Bertrand.

«La Ville a mis en place ce nettoyage à la suite d’une demande du Conseil de quartier et de requêtes de citoyens circulant dans le secteur», expose un porte-parole de la mairie, David O’Brien. C’est qu’il y a beaucoup de va-et-vient dans le coin. Beaucoup de camions sortant des installations des carrières Union et Québec, ainsi que plusieurs entreprises du monde de la construction comme Permacon et Béton provincial.

«Ce secteur-là est particulier», poursuit-il, insistant surtout sur la présence de carrières dont les activités génèrent beaucoup de particules.

«L’année dernière, c’était la première année et là ça va être la deuxième année où on fait ça. […] La première année, le contrat, c’était 80 000 $.»

«Les travaux de balayage et nettoyage comprennent tous les travaux requis au nettoyage des rues, des trottoirs et des terre-pleins désignés afin de rendre ceux-ci propres et exempts de saleté et autres matériaux», précisent des documents municipaux. «Un passage par jour est nécessaire.»

Le grand ménage aura lieu en partie durant l’heure de pointe du soir, apprend-on également. «Le nettoyage débutera le 29 avril 2019 pour se terminer le 26 octobre 2019. Le fournisseur devra travailler les lundis, mardis, mercredis, jeudis et vendredis, entre 14h et 18h.» L’équipe d’entretien sera toutefois en congé les jours fériés et la fin de semaine.

Paiement de droits

Pour être certaine que la saleté ne voyage pas dans le voisinage, la Ville exige qu’un camion arrosoir soit utilisé en plus des véhicules munis de grands balais mécaniques. «Un jet d’eau devra éliminer la poussière soulevée.»

La Ville justifie le fait qu’elle paye la facture parce qu’elle reçoit le paiement de «droits» de la part des carrières. «On se sert de ça pour payer le coût pour le nettoyage.»

En vertu d’une réglementation étatique, explique David O’Brien, les carrières et les sablières sont obligées de verser aux municipalités des droits en plus des taxes foncières. Cette mesure gouvernementale a été mise en place parce que la valeur des terrains des carrières est relativement faible par rapport à d’autres types d’entreprises et d’industries; leur compte de taxes est donc jugé trop bas par rapport aux dommages causés par le passage des nombreux camions dans les voies publiques.

Dans l’axe du boulevard Louis-XIV, le nettoyage sera effectué entre le boulevard de la Morille et la rue des Métis. Dans l’axe du boulevard Pierre-Bertrand, tout sera propre, propre depuis la carrière Union jusqu’au boulevard Lebourgneuf.