Tant le conseiller municipal Jérémie Ernould, responsable de la gestion des immeubles, que Jean Rochettte, directeur du service de gestion des immeubles, ont estimé que la fermeture de l’aréna Jacques-Côté de Sillery était la seule option possible.

La Ville de Québec démolira l'Aréna Jacques-Côté de Sillery [VIDÉO]

La Ville de Québec a décidé de fermer définitivement l’aréna Jacques-Côté de Sillery, qui était fermé temporairement depuis l’affaissement d’une poutre le 16 février. Le bâtiment construit en 1972 sera démoli d’ici l’été et les activités qui y avaient lieu seront déplacées vers d’autres aréna de la Ville d’ici l’ouverture du nouveau Centre de glaces à l’automne 2020.

Le diagnostic de la structure, présenté vendredi en conférence de presse, a démontré que la défaillance est une rupture de l’assemblage riveté de l’entrait à l’endroit le plus sollicité de cette membrure et que la charge de neige de cinq pieds qui a conduit à la rupture est équivalente à la charge ultime prévue par le code d’aujourd’hui et confirme donc son caractère exceptionnel.

«Le bâtiment était bien construit puisqu’il ne s’est pas écroulé après cette défaillance. C’est arrivé pendant que nous déneigions le toit... c’est juste plate qu’on ne soit pas allé une journée avant, car ça ne se serait jamais produit», a déclaré Jean Rochette, directeur du service de gestion des immeubles. Il insiste cependant pour dire que c’est davantage la faiblesse d’un des éléments de la construction que la neige qui a provoqué le bris. «C’est certain que la neige l’a fragilisé, mais il y avait un maillon faible.»

Comme les travaux de réparation de la toiture sont évalués à un million $, qu’ils auraient nécessité une fermeture d’une durée de 50 semaines et que les coûts de mise aux normes du système de réfrigération s’élèvent à 3 millions $, le conseiller municipal Jérémie Ernould, responsable de la gestion des immeubles, estime que la fermeture est la seule option possible. 

Le conseiller Rémy Normand, vice-président du comité exécutif, a pour sa part indiqué qu’une mise aux normes complète de l’aréna Jacques-Côté aurait coûté 11,5 millions $ alors qu’un bâtiment neuf coûterait 10 millions $. «Et la Ville avait de toute manière prévu la fermeture de Jacques-Côté lors de l’ouverture du Centre de glaces», souligne-t-il. Le terrain de l’aréna aura ensuite une vocation résidentielle, selon M. Normand.

À LIRE AUSSI François Bourque: l'aréna a joué son dernier match

Ainsi, la Ville prépare un plan de relocalisation des activités pour les deux prochaines années en tenant également compte de la fermeture temporaire à venir du Centre sportif de Sainte-Foy à l’occasion de la construction du Centre de glaces. Ces deux fermetures amèneront un manque de 150 heures par semaine d’utilisation pour les différents organismes utilisateurs et une baisse de l’offre aux organismes mineurs de 3,5 heures par personne à 2,8 heures par personne. 

Pour pallier cette situation, la Ville adoptera un plan de redéploiement des heures de glace avec la location de glace à l’externe, la réquisition de la glace du Pavillon de la jeunesse et l’adoption de nouvelles pratiques dans la programmation d’heures demandée aux organismes de glace. Rémy Normand a entre autres noté que la saison de hockey se déroulerait du 1er août au 31 juillet plutôt que de septembre à avril. 


« On n’est pas à une époque où on doit jeter à terre des arénas, il faut plutôt en construire d’autres »
Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

La décision de fermer l’aréna Jacques-Côté n’a pas plu aux partis d’opposition à l’hôtel de ville. Le chef de Québec 201, Jean-François Gosselin, n’a pas caché qu’il aurait préféré prolonger la vie utile de l’aréna Jacques-Côté en ajoutant des plaques de métal. «On n’est pas à une époque où on doit jeter à terre des arénas, il faut plutôt en construire d’autres», a-t-il déclaré en point de presse, taxant aussi du même coup l’administration municipale de négligence dans ce dossier. «Il y a eu négligence. C’est la neige qui a causé ça et on parle de sécurité des employés et des utilisateurs. Il y avait un match de hockey à l’intérieur quand c’est arrivé. Ça aurait dû être déneigé avant.»

M. Gosselin avait aussi de sérieux doutes sur la possibilité pour la Ville de continuer d’offrir 3,5 heures de glace par personne aux jeunes utilisateurs. «C’est complètement loufoque. Une saison de hockey ne dure pas un an. Les équipes des autres villes ne prolongeront pas leur saison pour plaire à Québec! La Ville ne sera pas en mesure d’atteindre cet objectif.»

Le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, a pour sa part déploré que le site de l’aréna Jacques-Côté serve éventuellement au développement résidentiel. «On va bâtir des condos, on est en train de détruire ce quartier. Je crois plutôt qu’on devrait reconstruire l’aréna à cet endroit. La beauté de Jacques-Côté, c’est que c’était un équipement de proximité. C’est triste parce que c’est un équipement qui était bâti par la communauté pour la communauté, mais la ville a plutôt fait le choix de bâtir de gros équipements collectifs», conclut-il.