La sécurité des élèves mise à mal par des conducteurs pressés

La rentrée scolaire se fera sans les brigadiers-élèves aux abords de l’école primaire du Sous-bois dans l’arrondissement Beauport. La direction a mis fin à son projet-pilote en raison du comportement irrespectueux de certains automobilistes et des risques liés à la sécurité des élèves.

Chaque année, la police de Québec organise des opérations de sécurité routière près des écoles, question d’inciter les automobilistes à ralentir et à faire leur arrêt aux intersections. Ceux qui doutent de la pertinence de répéter l’exercice à chaque rentrée scolaire doivent lire ce qui suit.

Élèves «menacés»

«Le projet-pilote de brigadiers-élèves a été mis en place au printemps 2018 par l’équipe-école. Le but était de responsabiliser les élèves et d’améliorer la sécurité autour des écoles», explique Martine Chouinard, secrétaire générale de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries. Mais l’expérience n’a pas été convaincante.

«Il y a des gens qui sont pressés de venir chercher leur enfant et ils ne respectent pas les consignes. On a constaté un manque de respect et les enfants de 4e à la 6e année se sentaient un peu menacés», ajoute-t-elle.

En cours d’année, la direction a pourtant fait des communications auprès des parents pour leur rappeler les règles de la sécurité routière et est intervenue sur une base individuelle en lien avec des cas plus problématiques. 

«L’équipe-école a finalement pris la décision d’arrêter le projet parce qu’il était devenu un trop grand fardeau pour les élèves. C’est leur sécurité qui doit primer», conclut Mme Chouinard.

La police de Québec tient vendredi une première journée de sensibilisation. Elle poursuivra sa surveillance accrue autour des écoles jusqu’au 13 septembre à travers diverses opérations concertées.