«La campagne va devenir la commission parlementaire va devenir l'élections», a dit le maire de Québec Régis Labeaume en conférence de presse à l'hôtel de ville de Québec, mercredi.

La plainte des cols bleus contre Labeaume de retour devant la CRT

La plainte du syndicat des cols bleus qui accusent Régis Labeaume d'ingérence dans les affaires syndicales et de négociation de mauvaise foi pendant la dernière campagne électorale est de retour devant la Commission des relations du travail ce matin.
Il s'agit de la deuxième journée d'audience après une première le 9 décembre.
L'avocat de la Ville de Québec, Me Sylvain Lepage présentera quatre témoins dont le premier est Bruno Gobeil, conseiller en relations de travail à la division des ressources humaines à la ville de Québec. Il est le premier à prendre la parole ce matin. Tout indique que les plaidoiries auront lieu vendredi.
La plainte des cols bleus porte sur des propos tenus en conférence de presse les 8, 15 et 22 octobre ainsi que le 4 novembre. Régis Labeaume avait notamment exposé les demandes patronales et avait déclaré que les cols bleus bénéficiaient d'un «plancher d'emplois» qui visait «à financer la FTQ».
Le syndicat estime que M. Labeaume a manqué aux articles 12 et 53 du Code du travail. L'article 12 stipule qu'un employeur ne peut pas passer par-dessus le syndicat pour s'adresser aux employés qu'il représente.
Or, lors de la première journée d'audience, le 9 décembre, l'avocat de la Ville de Québec, Me Sylvain Lepage, avait plaidé que Régis Labeaume parlait en tant que candidat à la mairie et chef d'Équipe Labeaume et non en tant que maire et «employeur» lorsqu'il a tenu des propos.
Même argument de la part de l'avocat de M. Labeaume, Me André Lepage.
Selon eux, la cause devrait donc être entendue en Cour supérieure et non devant la CRT.
Mais à cette époque, la commissaire Myriam Bédard a rejeté la demande d'intervention de l'avocat de Régis Labeaume qui souhaitait le faire reconnaître comme «personne intéressée».
On verra aujourd'hui si le titre que portait M. Labeaume lors de ses déclarations sur les négociations avec les cols bleus fera partie des arguments des parties.
Plus de détails à venir...