L'animatrice Catherine Bachand

La main sur un sein en pleine émission de radio, révèle Catherine Bachand

Complice de Gilles Parent sur les ondes de 2001 à 2013, Catherine Bachand a avoué vendredi qu’elle avait aussi été la cible d’un geste déplacé de la part de l’animateur qui fait l’objet d’allégations d’inconduite sexuelle.

L’animatrice a fait ces révélations dans un témoignage empreint d’émotion à l’émission Dalair le matin, qu’elle coanime avec Martin Dalair sur les ondes de la station WKND 91.9.

L’événement, le seul où Parent aurait eu un comportement déplacé envers elle durant leur collaboration, précise-t-elle, serait survenu en 2005 alors qu’elle était enceinte de son premier enfant. Après avoir affirmé que ça bougeait dans son ventre, Parent lui aurait demandé s’il pouvait toucher.

«J’ai accepté et c’est à ce moment qu’il se penche par-dessus la table qui nous séparait et qu’il me prend un sein de façon totalement délibérée. Je l’ai immédiatement, en ondes, traité de gros cr... de cave. Il est parti à rire et l’émission s’est poursuivie comme si de rien n’était. J’ai serré les dents et j’ai continué de faire mon travail», a raconté Catherine Bachand.

Pouvoir

«J’habitais Stoneham à l’époque et je me rappelle très bien avoir pleuré tout le long du retour à la maison», a-t-elle ajouté, soulignant la charge de pouvoir que l’animateur avait envers elle. 

«Mon patron, celui qui m’embauche, celui qui signe mon chèque de paye, celui qui peut me congédier à tout moment, venait de poser un tel geste. Pour lui, c’était drôle, banal, une blague. Une fois de plus, je n’ai rien dit», a ajouté celle qui avait aussi avoué avoir aussi été agressée sexuellement par d’autres personnes alors qu’elle avait 11 ans, 18 ans, 22 ans, puis à 25 ans, quand un individu l’avait suivie sur la rue et s’était masturbé devant elle. «Je n’ai jamais porté plainte, car je sais trop bien le sort qu’on réserve aux victimes»

Gilles Parent

Pas de liaison

Catherine Bachand a également tenu à préciser qu’elle n’avait jamais eu de pression de la part de Gilles Parent pour des faveurs sexuelles et elle a aussi démenti la rumeur voulant qu’elle ait eu une liaison avec l’animateur. «Ça n’a rien à voir avec la fin de notre aventure radiophonique en 2013.»

Elle a aussi exprimé de la sympathie pour la famille de son ex-patron. «Des gens fabuleux qui se retrouvent actuellement en plein coeur d’un ouragan destructeur malgré eux», a-t-elle affirmé avant de livrer son témoignage, qu’elle dit avoir choisi de faire pour ses deux filles et par solidarité pour les femmes et les hommes qui ont choisi de dénoncer à visage découvert.

***

Le Gala de la relève en communication n'a pas pris de décision

Malgré les allégations d’inconduite sexuelle qui circulent au sujet de Gilles Parent, désigné comme président d’honneur du prochain Gala de la relève en communication de l’Université Laval, l’organisation a affirmé vendredi ne pas encore avoir pris de décision concernant l’animateur radio.

«Ils n’ont pas encore pris de décision, ils attendent de voir la suite des choses. Ils prendront une décision en début de semaine», a brièvement déclaré au Soleil une porte-parole de la firme de relations publiques Brouillard au nom de Clarence Farley et Valérie Dupont, directeurs du gala.

Gilles Parent venait tout juste d’être désigné comme président d’honneur du gala qui aura lieu le 15 mars. Dans un communiqué émis le 10 octobre, on vantait le «parcours digne de mention» de l’animateur «réputé pour sa bonne humeur contagieuse et son sens de la répartie» et «qui a constamment l’esprit en éveil».

Plusieurs ex-collègues, dont Catherine Desbiens et Catherine Bachand, ont au cours des derniers jours affirmé avoir été la cible d’attouchements non consentis, de commentaires déplacés et de messages textes insistants de la part de l’animateur, dont l’émission «Le retour de Gilles Parent» est pour l’instant mise en veilleuse au FM 93.