Les pierres taillées intégrées dans la façade représentent divers sports qui étaient pratiqués au Centre Durocher.

La Commission d'urbanisme avait suggéré de garder les pierres du Centre Durocher

La Commission d'urbanisme et de conservation de Québec a proposé «il y a plus d'un an» que les pierres taillées de la façade du Centre Durocher soient utilisées comme rappel du centre communautaire dans l'immeuble de logements qui le remplacera.
«On demande un rappel et on a suggéré que ce soit les bas-reliefs», a indiqué au Soleil la conseillère d'Équipe Labeaume et présidente de la Commission d'urbanisme, Geneviève Hamelin.
Or, «la balle est dans le camp» d'Action-Habitation de Québec, l'organisme en charge de la démolition du Centre Durocher et de la construction des 68 logements des futures Habitations Durocher. «C'est à eux maintenant de nous préciser quel sera l'élément de mémoire», a poursuivi Mme Hamelin.
Silence radio
Mais voilà que vendredi, c'était toujours silence radio à Action-Habitation, malgré les demandes d'entrevue répétées du Soleil depuis mercredi.
Cette organisation est le mandataire officiel de la Société d'habitation du Québec à titre de Groupe de ressources techniques pour des projets d'habitation sociale et communautaire.
Vendredi, Le Soleil faisait état de la proposition d'une résidente du quartier Saint-Sauveur, Myriam Nickner-Hudon, de conserver les pierres taillées intégrées dans la façade de l'édifice dont la démolition a commencé mercredi.
Ces pierres représentent divers sports qui étaient pratiqués au Centre Durocher.
«Ce serait facile à récupérer», a dit Mme Nickner-Hudon, qui a étudié en patrimoine. «Ces pierres de style Art déco sont un des rares éléments du quartier en pierres sculptées», a ajouté la citoyenne qui a parlé de ces bas-reliefs au tailleur et sculpteur de pierre Adrien Bobin, lui aussi emballé par la proposition.