À la fin mai, la Sépaq a annoncé que les visiteurs devront désormais payer afin d’avoir accès au parc de la Chute-Montmorency, alors que l’accès est gratuit à l’heure actuelle.

La CAQ réclame la gratuité pour les citoyens de Québec au parc de la Chute-Montmorency

EXCLUSIF / Tous les citoyens de la grande région de Québec devraient avoir accès gratuitement au parc de la Chute-Montmorency, croit le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ). Les ministres Geneviève Guilbault et Pierre Dufour mettent de la pression sur la Sépaq pour qu’elle revienne sur sa décision de faire payer les visiteurs locaux.

Le Soleil a obtenu copie d’une lettre envoyée en fin de journée lundi par les deux ministres à Richard Savard, président du conseil d’administration de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq). Dans cette lettre, les ministres caquistes expliquent que la nouvelle tarification, qui doit entrer en vigueur le 12 juin, «provoque manifestement une désapprobation chez la population régionale».

À la fin mai, la Sépaq a annoncé que les visiteurs devront désormais payer 6,25 $ (ou 12,50 $ par famille), afin d’avoir accès au parc, alors que l’accès est gratuit à l’heure actuelle. Il est prévu que seuls les résidents de Boischatel et d’une partie de l’arrondissement Beauport pourraient accéder au site gratuitement sur présentation d’une preuve de résidence. 

L’objectif de cette nouvelle tarification est d’inciter les visiteurs à utiliser le stationnement du parc, au lieu de stationner leurs véhicules dans les rues avoisinantes. 

Mme Guilbault, ministre responsable de la Capitale-Nationale, et M. Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, réclament que la Sépaq adopte «un compromis raisonnable». «Nous proposons que la gratuité de l’accès à ce site local exceptionnel soit élargie aux résidents de la Communauté métropolitaine de Québec [CMQ]. Nous sommes d’avis qu’il s’agit du territoire de référence approprié», écrivent-ils. 

La CMQ comprend les villes de Québec, de Lévis et les 26 autres municipalités qui composent la grande région de la Capitale-Nationale. 

Les ministres invitent la Sépaq à suspendre ses nouveaux tarifs, qui doivent entrer en vigueur le 12 juin, et à retourner à la planche à dessin afin de lui présenter un plan alternatif de tarification d’ici le 2 juillet. 

Précisons que le parc de la Chute-Montmorency n’est pas soumis à la Loi sur les parcs. La décision de changer le tarif d’admission n’a donc pas été prise par le gouvernement, mais par le conseil d’administration de la Sépaq. 

Lundi, plus de 14 000 personnes avaient signé une pétition sur le site change.org pour que l’accès au parc de la Chute-Montmorency demeure libre et gratuit pour tous les Québécois. 

Décision d’abord défendue

Cette lettre représente une volte-face de la part de la CAQ. La semaine dernière, le ministre Pierre Dufour a défendu la décision de la Sépaq à la période de questions. Questionné par le député libéral Saul Polo, M. Dufour a soutenu qu’il s’agissait de se conformer avec «le restant du système des parcs de la Sépaq». 

M. Polo s’insurgeait que cette décision n’encourage pas le transport actif, étant donné que tout le monde devra désormais payer, mais aura accès gratuitement au stationnement en échange. «Sommes-nous en 2019 ou en 1979? […] Le parc des chutes est le seul parc national en milieu urbain. Cette décision est non seulement incohérente, mais également aberrante», avait-il critiqué. 

«Je pense qu’on est très, très à l’aise avec la situation, et on est bien contents de la situation qu’on a mise en place avec les dirigeants de la Sépaq», avait répliqué M. Dufour. Le ministre a par la suite expliqué qu’il s’agissait de faire payer les touristes, qui représentent 55 % de ceux qui visitent l’endroit, et «qu’il n’y a aucune volonté de notre part de revenir sur cette décision-là».

Il semble que l’intervention de la ministre Guilbault et des députés caquistes de la région de Québec ait poussé le ministre à changer d’avis.