Suspendu jeudi et vendredi, le service de traversiers entre Québec et Lévis pourrait de nouveau être interrompu les  1er, 2 et 3 décembre, autres journées de grève dans la fonction publique.

La capitale express

Traversiers: l'argumentaire à fournir rapidement
La Commission des relations du travail (CRT) demande aux villes affectées par la grève des traversiers de remettre d'ici lundi 17 h leurs arguments en faveur d'une augmentation des services lors de conflits de travail. Pour les traverses de Québec-Lévis et Sorel-Saint-Ignace-de-Loyola, c'est carrément une inscription sur la liste des services essentiels qui est visée. Le maire de Québec, Régis Labeaume, a fait état de la démarche, jeudi, sans s'emballer. «Là-dedans, je n'ai pas le bonheur facile. On va envoyer ça et on verra bien si c'est pris au sérieux. Je veux pas présumer de rien. Au moins, ce qu'on a réussi avec notre travail, c'est de convaincre la CRT d'écouter nos arguments, sauf que ce n'est pas une audition» en bonne et due forme, a-t-il commenté sur un ton neutre. Annie Morin
Manif de taxis le 25 novembre contre Uber
Choqués par l'expansion des activités d'Uber à Laval et Longueuil, exaspérés d'attendre un projet de loi pour remettre de l'ordre dans leur industrie, le Comité provincial de concertation et de développement de l'industrie du taxi (CPCDIT) et le Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ) annoncent une manifestation des chauffeurs de taxi pour le 25novembre. Les deux organisations considèrent que le gouvernement provincial n'accomplit pas son devoir de faire respecter les lois en vigueur. «On n'a aucun, aucun geste pour dire qu'on va arrêter ça», constate le président du RITQ, appelant à un durcissement des sanctions contre les conducteurs d'Uber qui font du transport de particuliers sans permis. Abdallah Homsy dit subir la pression de ses membres, qui en ont assez d'attendre la réforme promise par le gouvernement provincial. C'est pour canaliser ces frustrations et éviter les débordements qu'une manifestation est organisée le 25 novembre. Annie Morin
Collecte des ordures : nouveau contrat avec Matrec
Une autre page de la «saga des poubelles» se tourne. La Ville de Québec a conclu un nouveau contrat avec la firme Matrec pour la collecte des ordures et du recyclage dans Saint-Roch, Vieux-Québec, Saint-Sauveur, Montcalm et Limoilou. Total de la facture: 23,4 millions $ pour sept ans. Ce nouveau contrat a été rendue nécessaire après la décision de l'administration Labeaume d'annuler la grande majorité des mesures prévues à sa réforme ratée de la collecte des matières résiduelles. La collecte des ordures et du recyclage de soir a notamment été annulée pour revenir de jour dès juin. Le nouveau contrat, en vigueur du 13 juin 2016 au 5 novembre 2023, confirme aussi que Matrec utilisera des camions plus petits, jugés plus pratiques dans les rues des quartiers densément peuplés. Valérie Gaudreau
La fin approche pour le réservoir de Courville
La fin approche pour le réservoir d'eau de Courville. Le comité exécutif de la Ville de Québec a donné son feu vert mercredi à un contrat de 137 622$ à la firme Beauvais et Verret inc pour faire disparaître l'imposante structure d'acier du paysage beauportois. Une manoeuvre souhaitée depuis longtemps par plusieurs citoyens du secteur qui jugeait le silo blanc dangereux. Le contrat inclus aussi le remblayage et l'aménagement paysager du site. L'appel d'offres lancé début octobre précisait que les travaux devaient être exécutés avant le 18 décembre. Valérie Gaudreau