Le conseil municipal de Sainte-Brigitte-de-Laval a maintenu à 0,5455 $ du 100 $ d'évaluation le taux de la taxe foncière générale. 

Jour J pour sept candidats à Saint-Augustin et à Sainte-Brigitte

C'est jour d'élection partielle dimanche à Saint-Augustin-de-Desmaures et à Sainte-Brigitte-de-Laval, deux municipalités marquées par le tumulte au cours de la dernière année où des postes de conseillers municipaux sont en jeu à la suite de démissions.
Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau
À Saint-Augustin, les assemblées du conseil sont houleuses et le maire Sylvain Juneau est à couteaux tirés avec les conseillers depuis l'été. Les quatre candidats au poste de conseiller du district du Lac, laissé vacant après la démission de Marie-Julie Cossette, se sont d'ailleurs lancés dans la course en critiquant les cinq conseillers de l'équipe de l'ex-maire Marcel Corriveau.
Raynald Brulotte, porte-parole du groupe de citoyens Saint-Augustin aux citoyens, majoritairement favorable au maire Juneau, et l'ex-candidat à la mairie Éric Dussault font figure de meneurs dans cette course.
M. Dussault semble recevoir l'appui de l'autre grand groupe de citoyens, 25pourcent.com, qui se range plutôt du côté des conseillers, et ce, même s'il a critiqué ces mêmes conseillers en lançant sa campagne.
«Je ne suis pas associé à 25pourcent.com. S'ils semblent favorables à ma candidature, c'est probablement parce que j'ai une grande ouverture d'esprit et que je ne suis pas associé à l'un des deux grands groupes citoyens. Je serai critique envers ceux qui le méritent», a déclaré le candidat au Soleil.
Les autres candidats, l'ex-réceptionniste de la Ville Chantal Bazin et l'ex-militaire René Dequen, participent régulièrement aux séances du conseil municipal et se sont tous les deux positionnés comme étant favorables au maire Juneau.
Allure de référendum
À Sainte-Brigitte-de-Laval, l'élection pourrait bien prendre l'allure d'un référendum sur l'administration de la mairesse Wanita Daniele à moins de deux ans des élections générales. Le parti de la mairesse, qui occupe cinq des sept sièges au conseil, a été critiqué à la suite de la saga de l'ex-directeur général et de l'ex-directeur des services juridiques congédiés, mais pour qui la Commission des relations du travail avait ordonné la réintégration.
Le candidat Jean-Philippe Mathieu tentera donc de garder le siège 3, autrefois occupé par la conseillère démissionnaire Marie-Ève Racine, dans le giron d'Équipe Wanita. Il fera face à deux candidats indépendants : Daniel Racine et Carl Thomassin, ce dernier étant l'un des plus féroces critiques de la mairesse et candidat défait du parti Partenaires Sainte-Brigitte aux élections de 2013.