En avril 2016, la moitié de l’ancien Omer DeSerres de la rue Caron avait été détruit après que des débris de verre soient tombés dans la rue.

Jour de démolition dans Saint-Roch [PHOTOS + VIDÉO]

Le ménage continue dans le secteur des rues Saint-Vallier et Caron. Après la démolition du bâtiment de l’ancienne quincaillerie Cantin au milieu du mois de mai, c’est au tour d’un immeuble voisin et de l’ancien Omer DeSerres d’être détruits. Les travaux ont commencé mardi matin.

La construction de trois immeubles à logements est donc à prévoir dans les prochains mois dans ce secteur. 

Pour le terrain situé au 85-95 rue Saint-Vallier, Gestion Normand inc. en avait fait l’acquisition il y a un bon moment déjà. La Ville de Québec a récemment approuvé le permis de démolition de ce bâtiment qui a déjà abrité l’épicerie Pain et Passion.

«Il y a un projet d’appartements, on veut un bâtiment neuf. Cet hiver, on a eu la malchance de voir la toiture s’effondrer. On avait déposé de premiers plans à la Ville pour revaloriser le secteur et le bâtiment lui-même, on voulait conserver une petite partie, la façade entre autres. Mais les surcharges de neige ont causé un problème irréversible. Les plans définitifs ne sont pas encore approuvés, mais on a eu le permis pour démolir parce que ça devenait dangereux», explique le président, Normand Gouin.

M. Gouin espère démarrer les travaux de construction le plus tôt possible. Si tout se passe bien, il souhaite commencer à l’automne 2019 pour une livraison des appartements 15 à 18 mois plus tard.

«On envisage une quarantaine d’appartements de toutes sortes, avec une cour intérieure et des terrasses pour la majorité des appartements, des plafonds hauts et un ou deux espaces commerciaux au rez-de-chaussée. C’est un projet que l’on considère de qualité», ajoute-t-il.

Les travaux de démolition de l’ancien Omer DeSerres dans Saint-Roch ont commencé mardi matin.

Omer sur le parc

Pour le terrain du 480 rue Caron, un bâtiment abandonné et délabré s’y trouve depuis plusieurs années. La démolition peut enfin commencer pour laisser place au projet Omer sur le parc mené par GM Développement. 

Rappelons qu’en avril 2016, la moitié de cet immeuble avait été détruit après que des débris de verre soient tombés dans la rue. Il s’agissait d’une question de sécurité. Trois ans plus tard, le travail peut se terminer. 

En septembre 2018, les promoteurs avaient présenté le projet : il s’agit d’un immeuble de sept étages comprenant 33 unités, avec un balcon et un accès à la terrasse commune sur le toit. 

«Nous retrouverons cinq maisons de ville qui répondront à une clientèle désirant ce type de produit peu présent dans le quartier. Ils auront aussi accès à un stationnement sous-terrain et à des espaces de rangement. Un local commercial au rez-de-chaussée sera dédié pour un commerce ou une galerie créative pour s’harmoniser avec le style de vie des résidents», pouvait-on lire sur le communiqué.

Les travaux de démolition pour les deux immeubles devraient se terminer au courant de la semaine. Un périmètre de sécurité a été déployé dans le secteur pour la sécurité des passants et des automobilistes.

La directrice marketing et communication de GM Développement, Annie Villeneuve, explique que le processus suit son cours. La démolition devait même se faire au mois de mars, mais un retard s’est dessiné sur l’échéancier.

Les travaux de démolition pour les deux immeubles devraient se terminer au courant de la semaine. Un périmètre de sécurité a été érigé dans le secteur pour la sécurité des passants et des automobilistes.

Un immeuble d’une quarantaine de logements devrait se construire sur le site du 85-95, rue Saint-Vallier Est.

+

LES CITOYENS ATTENDENT AVANT DE SE RÉJOUIR

Bien que le Comité citoyen de Saint-Roch ait dénoncé à maintes reprises la présence dérangeante du bâtiment délabré de la rue Caron dans le passé, ses membres se gardent de se réjouir de la démolition de mardi.

«Avant d’être contents, on va attendre de voir ce qui va se passer. L’idée c’est que, en bout ligne, on complète le tissu urbain avec quelque chose qui satisfait les besoins du centre-ville. On va se réjouir quand on va voir le résultat, l’architecture, le zonage, quels services seront offerts et si on rencontre un besoin de logements abordables. L’idée est que l’espace sert pour le meilleur usage», fait savoir Louis Campagna, membre du Comité citoyen de Saint-Roch.

Le Comité reproche toujours à la Ville de Québec de ne pas avoir agi plus tôt dans cette situation, et que le bâtiment ait été laissé à l’abandon, insalubre, pendant de nombreuses années. 

«Un immeuble comme ça, un espace en plein centre-ville, ça a beaucoup de valeur. Ça serait bien de faire quelque chose avec. Que la municipalité n’exerce pas sa responsabilité d’agir dans le cas de bâtiments abandonnés, je trouve que c’est répréhensible. Je pense que la municipalité doit agir pour les propriétaires qui ne s’exécutent pas dans la valorisation des actifs dont ils sont responsables», ajoute M. Campagna, rejoint par Le Soleil mardi. 

En août 2016, le Comité avait justement fait savoir à la Ville que les citoyens devaient endurer l’odeur d’humidité, le squattage et l’apparence laide de l’endroit. Les membres priaient donc la Ville d’intervenir.

À la suite de cette demande, aucun changement n’avait été apporté, et ni la Ville de Québec ni GM Développement n’auraient informé les citoyens de l’avancement de la situation. Même si les propriétaires parlent de leur projet de logements depuis quelques années, aucune étape ne semblait être franchie avant la démolition de mardi.