Le premier ministre Philippe Couillard.

JO à Québec: un «Oui, je le veux» conditionnel de Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard croit que l'aventure olympique est «possible» dans la mesure où les Jeux sont effectivement ramenés «à l'échelle humaine».
Le chef du gouvernement du Québec a réagi, mardi matin, aux propos du maire Régis Labeaume qui soutient depuis la Suisse que M. Couillard lui a dit : «Nous, on les veut» les Jeux olympiques à Québec en 2026.
«Récemment, les Jeux, c'est devenu des extravagances extrêmement coûteuses, a commenté M. Couillard à Radio-Canada Saguenay-Lac-Saint-Jean. On ne veut pas s'embarquer là-dedans et le maire non plus. Alors il est dans une mission exploratoire pour rencontrer les autorités du CIO et, à son retour, on aura une bonne discussion avec lui.»
Après que l'attaché de presse du premier ministre eut tempéré les propos du maire de Québec, lundi, celui-ci est revenu à la charge ce matin en assurant que M. Couillard lui a bel et bien dit qu'il «veut les Jeux». «Le service des communications fait une espèce de traduction politique qui protège son premier ministre», a affirmé M. Labeaume.
Mardi, M. Couillard s'est fait demander s'il voulait effectivement les Jeux. «Je les veux s'ils sont réalisables et s'ils ne mettent pas le Québec et la Ville de Québec dans une situation financière qui est mauvaise, a dit le premier ministre. Mais c'est possible de le faire. Apparemment, il y a une volonté au CIO de remettre les Jeux à l'échelle humaine. Je pense que c'est nécessaire. Mais voyons voir ce que M. Labeaume va nous dire à son retour.»