ZAP Québec croit être en mesure de brancher Saint-Roch d'un bout à l'autre avant la fin de l'année, après quoi l'organisme prévoit s'attaquer à d'autres quartiers.

Internet: Labeaume veut une ville à 100 % branchée avant 2018

Une ville branchée à 100 % avant 2018. C'est le souhait du maire Régis Labeaume, qui a annoncé vendredi que les principales artères commerciales de Québec offriront bientôt l'accès Internet gratuit.
La Ville de Québec a annoncé vendredi une aide financière de 123 750 $ pour l'expansion du réseau de ZAP Québec. Celui-ci s'étendra, d'ici trois ans, sur toutes les artères relevant des sociétés de développement commercial (SDC) de la capitale.
En ce moment, les SDC sont situées dans les quartiers Limoilou, Saint-Roch, Saint-Sauveur, Montcalm, Sillery et du Faubourg et couvrent des artères comme la 3e Avenue, la rue Saint-Joseph, l'avenue Maguire, l'avenue Cartier, la rue Saint-Vallier et la rue Saint-Jean.
Avec cet ajout, la Ville offrira Internet gratuitement dans 80 % de ses lieux publics, a confirmé le directeur général de ZAP Québec, Dave G. Pelletier. On souhaite que toute la ville soit couverte d'ici 2018. «Si on regarde un horizon réaliste, 2018 pourrait être une belle cible», a-t-il lancé, avant que le maire Régis Labeaume renchérisse qu'il aimerait bien atteindre cet objectif avant.
«J'ai demandé à ZAP Québec de nous amener un projet pour qu'on atteigne le 100 %. Ça serait devenir la ville 100 % Wi-Fi dans les lieux publics. [...] J'en fais une priorité, c'est certain.»
D'autant que la capitale est «probablement la plus Wi-Fi en Amérique du Nord», selon les données de ZAP Québec, qui est à réaliser une étude en collaboration avec la Ville pour documenter ce fait.
Aide à l'entrepreneuriat
Par ailleurs, la Ville a aussi annoncé vendredi une aide de 150 525 $ à Entrepreunariat Laval pour la mise sur pied d'un séminaire de formation qui s'adressera aux étudiants des cycles supérieurs en sciences et technologie de l'Université Laval. Celui-ci permettra à 50 d'entre eux de développer leur fibre d'entrepreneur. Les fonds proviennent de la stratégie de développement économique. Pour la ministre de l'Emploi, Agnès Maltais, il s'agit d'une belle occasion d'encourager la création d'entreprises en technologie dans la capitale.