L’îlot Saint-Vincent-de-Paul

Îlot Saint-Vincent-de-Paul: Labeaume prône la patience

Le maire de Québec, Régis Labeaume, réitère que l’îlot Saint-Vincent-de-Paul, terrain à l’abandon du sommet de la côte d’Abraham, sera transformé en parc. Il invite cependant les citoyens militants du quartier Saint-Jean-Baptiste à la patience : le dossier est tributaire du processus judiciaire d’expropriation.

«On a promis pendant la campagne électorale que l’îlot Saint-Vincent-de-Paul deviendrait un vaste parc ; un parc tout à fait singulier et différent de ce qui se fait normalement», a indiqué le maire durant le conseil municipal lundi soir.

L’élu affirme regretter, tout comme les citoyens lui demandant de favoriser un développement communautaire du site, que l’îlot soit laissé à l’abandon depuis la démolition d’une église et d’un presbytère. «C’est salaud, c’est dégueulasse.»

Mais, avant de faire pousser un parc, il faudra mettre la main sur le lot appartenant au promoteur immobilier Jacques Robitaille, fait remarquer M. Labeaume. «Quand on engage une démarche d’expropriation, ce n’est pas nous autres qui décidons de la démarche, du temps de la démarche. On a tenté de s’entendre avec le propriétaire. Il nous a déposé des projets. Je pense que vous n’auriez pas été d’accord avec les projets comme on n’était pas d’accord. Mais quand, finalement, on prend la décision d’exproprier […], c’est du légal, c’est devant la cour, on ne peut pas aller plus vite que le système l’exige.»

Selon le plan de l’administration Labeaume, il n’y aura donc pas de logements sociaux sur l’îlot Saint-Vincent-de-Paul.

À LIRE AUSSI : Îlot St-Vincent-de-Paul à l’abandon: la lenteur de la Ville dénoncée

À LIRE AUSSI : Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste appuie l’expropriation de l’îlot Saint-Vincent-de-Paul [VIDÉO]