Le parc de la Jeunesse, situé à l'angle des rues du Prince-Édouard et du Pont, en bordure de la rivière Saint-Charles, deviendra le parc Gilles-Lamontagne.

Il y aura bel et bien un parc Gilles-Lamontagne, tranche Labeaume

N'en déplaise au conseil de quartier Saint-Roch, le parc de la Jeunesse sera bel et bien renommé en mémoire de l'ancien maire de Québec Gilles Lamontagne, a assuré Régis Labeaume, en fin de journée, vendredi.
Après avoir écouté les témoignages de quelques citoyens, jeudi soir, les cinq membres du conseil de quartier Saint-Roch s'étaient tous prononcés en défaveur du changement de nom du parc de la Jeunesse, en bordure de la rivière Saint-Charles, en parc Gilles-Lamontagne. Trois des membres avaient plutôt voté en faveur de la proposition d'un des citoyens présents, soit de renommer la marina Saint-Roch en l'honneur du défunt maire, décédé il y a un an. 
De passage à l'ouverture de la nouvelle Sympathique Place Ouverte à Tous (SPOT) de l'Îlot des Palais, en fin de journée, vendredi, l'actuel maire de Québec, Régis Labeaume s'est montré catégorique. «Le parc de la Jeunesse, ça va être renommé le parc Gilles-Lamontagne. Oui, c'est ça.»
Le maire a minimisé l'importance du vote de jeudi soir, au conseil de quartier Saint-Roch, pointant le très faible taux de participation.
«On avait envoyé 2000 invitations, il y a eu dix personnes. Là-dessus, il y avait 3 journalistes et deux candidats. Ça veut dire qu'il restait cinq personnes. Ce n'est absolument pas représentatif. On peut penser qu'il n'y a pas grand monde qui voulait s'opposer à ça.»
Méconnaissance
Régis Labeaume a pointé la méconnaissance de ceux qui reprochent à Gilles Lamontagne d'avoir bétonné les berges de la rivière Saint-Charles lorsqu'il était maire de Québec. 
«Je pense qu'ils ne connaissent pas leur histoire. La rivière Saint-Charles était un dépotoir, c'est Gilles Lamontagne qui l'a nettoyé. N'eut été de lui, la rivière n'aurait pas été nettoyée avant des années.» 
Plus tôt vendredi, la présidente du comité de toponymie de la ville de Québec, Anne Corriveau, avait expliqué au Soleil que son comité s'en remettait au Conseil exécutif de la Ville de Québec pour trancher sur le changement de nom. Quelques heures avant la déclaration de Régis Labeaume, Mme Corriveau espérait alors voir le dossier régler avant l'été. Présente durant le conseil de quartier Saint-Roch, jeudi soir, la présidente du comité de toponymie peinait à comprendre comment on pouvait refuser le changement de nom du parc en raison de la symbolique lié à la rivière Saint-Charles, tout en proposant un autre site bordant la rivière, la marina Saint-Roch.