Le 30 septembre, la Ville avait mis en vente la partie est de l'îlot de la place Jacques-Cartier, celle où se trouve l'auditorium de la bibliothèque Gabrielle-Roy. L'appel d'offres a été annulé en décembre, car un seul soumissionnaire avait déposé une proposition.

Horloge du 400e: la CSQ rejette le blâme de Labeaume

La Centrale des syndicats du Québec trouve qu'elle a «le dos large», après avoir été blâmée par Régis Labeaume pour les 450 000 $ que coûtera l'installation de l'horloge suisse dans les jardins de l'Hôtel-de-Ville.
«Pourquoi on arrive avec ça aujourd'hui? On ne voit pas le lien», a commenté mardi Daniel B. Lafrenière, secrétaire-trésorier et responsable des immeubles à la Centrale.
Lundi, lors du conseil municipal, Régis Labeaume a blâmé la CSQ pour les frais engagés par l'installation de l'horloge Richard Mille, cadeau du canton du Jura en Suisse pour le 400e anniversaire de Québec, en 2008.
Au départ, l'imposante horloge de 3,5 mètres devait être installée dans la bibliothèque Gabrielle-Roy rénovée. Or, le litige qui a opposé pendant plusieurs années la Ville de Québec à la CSQ, copropriétaire de l'immeuble abritant la bibliothèque, a retardé le projet de rénovation. M. Labeaume a soutenu mardi que son administration a dû trouver un autre lieu pour l'horloge. Puisque le choix s'est arrêté sur un lieu extérieur, il faut maintenant payer pour un abri à la fine pointe.
«Tout ça, c'est la faute de la CSQ. Normalement, aujourd'hui, les travaux de la bibliothèque seraient terminés et l'horloge s'en irait là», a soutenu M. Labeaume.
«La CSQ semble avoir le dos large», a répliqué M. Lafrenière mardi. Si le temps a passé, c'est en raison de démêlés dans lesquels la Ville était partie intégrante, dit-il en substance. «La Ville avait la prétention de construire des condos qui ne se sont pas réalisés. L'appel d'offres a échoué», a-t-il notamment justifié.
Après des années de discussions et de crêpage de chignon en public, la Ville de Québec et la Centrale ont finalement conclu en juin 2013 une entente permettant d'aller de l'avant avec la rénovation de la bibliothèque Gabrielle-Roy et la construction d'une tour voisine.