Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Hausse des cas à Québec: «restez à la maison et limitez les contacts», encourage la Santé publique régionale [VIDÉO]

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
La Santé publique régionale s’inquiète devant la hausse «extrêmement» importante des cas à Québec, où le bilan quotidien est grimpé mardi, pour une troisième journée consécutive, au-delà de la barre des 100 nouveaux cas. Pour «reprendre le dessus», la population devra rester à la maison et limiter ses contacts, encourage le Dr André Dontigny.

«Malgré le fait que le [palier orange soit] un palier d’alerte sévère, on observe ce que l’on observe. C’est clair qu’il faut aller plus loin [dans nos mesures]», n’a pas caché le directeur de santé publique de la Capitale-Nationale.  

Le DAndré Dontigny faisait le point sur la situation épidémiologique de la région, mardi, en après-midi, alors que l’on assiste à une augmentation marquée des cas et la montée des variants.

Au lendemain d’une journée record de dépistage à Québec, la région dressait mardi son plus lourd bilan depuis la mi-janvier, avec 129 nouveaux cas.  

Moins d’un mois après son passage en zone orange, la situation s’est détériorée dans la Capitale-Nationale. Il y a maintenant trois jours que la région renoue avec le seuil de la centaine de nouveaux cas quotidiens.  

«Jusqu’à quel point c’est associé à des formes de relâchement? Les gens prennent l’espace qu’on leur donne, le printemps arrive», constate le directeur régional de santé publique.  

Il faut dire qu’il se pourrait que le nombre de cas continue de monter dans les jours à venir, car les centres de dépistage ont été pris d’assaut dernièrement et lundi, environ 4500 prélèvements – un record depuis le début de la pandémie - ont été réalisés.  

Pour l’instant, la vague de nouvelles infections ne se traduit pas des les hôpitaux. «Malheureusement, ça va arriver», anticipe le DDontigny, sachant qu’un décalage d’une dizaine de jours est souvent nécessaire avant d’examiner les contrecoups d’une recrudescence sur les hospitalisations. 

«Restez à la maison» 

Le Dr André Dontigny faisait le point sur la situation épidémiologique de la région, mardi, en après-midi, alors que l’on assiste à une augmentation marquée des cas et la montée des variants.  

Pour «reprendre le dessus», un resserrement des mesures est peut-être à prévoir dans la Capitale-Nationale.  

«On a besoin de l’effort de tout le monde et de [faire] tout ce qui est possible en ce qui concerne le fait de rester à la maison et de réduire ses contacts», invite l’expert en santé publique pour «une à deux semaines».  Si la population répond à l’appel, «on va avoir un impact majeur sur l’épidémie». 

À peine quelques heures après la conférence de presse du gouvernement du Québec, le Dr André Dontigny abondait dans le même sens que les autorités nationales.  

«Il est possible qu’on ait besoin davantage de mesures restrictives», a réitéré le Dr Dontigny, jugeant toutefois «prématuré» de s’avancer sur la nature des changements susceptibles d’être apportés. Ils pourraient par contre survenir «très rapidement», a-t-il averti, ajoutant que des discussions ont cours avec les instances.  

«On est en train de voir quelles mesures on peut prendre pour que, collectivement, on s’en sorte.»


« On a besoin de l’effort de tout le monde et de [faire] tout ce qui est possible en ce qui concerne le fait de rester à la maison et de réduire ses contacts »
Dr André Dontigny, directeur de santé publique de la Capitale-Nationale

Le premier ministre François Legault n’a pas non plus exclu la possibilité de durcir à nouveau les règles sanitaires en vigueur dans cinq régions «sous haute surveillance», où la situation est plus critique. «On a des scénarios pour augmenter les restrictions», a-t-il mentionné, pointant le cas de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent, de l’Outaouais et du Saguenay-Lac-Saint-Jean.  

Le variant sud-africain détecté 

La Capitale-Nationale comptait en date de mardi, plus de 100 nouveaux cas de variants détectés par criblage, selon les données de l’Institut national de santé publique (INSPQ). On en dénombre désormais 812, tandis que 44 ont été confirmés appartenir à la souche britannique. Un cas du variant d’émergence sud-africaine a aussi fait son entrée dans la région.  

Selon le Dr André Dontigny, la proportion de cas de variants se chiffre maintenant à plus de 70 % dans la région de Québec. Réputés être plus contagieux, les variants contribuent à l’accélération de la propagation. 

Le manque de collaboration des citoyens aux enquêtes de la Santé publique peut par contre lui aussi encourager la transmission. Le directeur régional demande à la population de faire preuve de «civisme» et de «coopérer» au traçage des cas, alors que le tiers des appels réalisés sont «difficiles», parfois même «agressifs».   

En tout, depuis le mois de mars 2020, près de 24 000 personnes ont contracté la COVID-19 sur ce territoire et 1015 y ont succombé. 

La proportion de cas de variants se chiffre maintenant à plus de 70 % dans la région de Québec. Réputés être plus contagieux, ils contribuent à l’accélération de la propagation.

14% de la population vaccinée 

Mise «sous haute surveillance», la Capitale-Nationale devrait recevoir davantage de vaccins prochainement, a promis le premier ministre François Legault. 

Un flou persistait mardi quant aux quantités de doses à être livrées. «Je n’ai pas de nombre à l’heure actuelle.[...] Est-ce que c’est un peu plus, beaucoup plus, quelle est la hauteur exacte?» questionnait le DDontigny. 

Somme toute, il estime qu’on peut «espérer» que  la troisième vague affecte moins les gens qui ont été vaccinés. Les éclosions en milieux de vie pour aînés se font déjà moins nombreuses et celles qui surviennent sont de moindre envergure, observe-t-il.  

Jusqu’ici, environ 14 % de la population de la Capitale-Nationale a été vaccinée, ce qui représente près de 103 000 doses administrées. 

«Par contre, on a un vaste pourcentage de la population qui n’est pas encore vaccinée. On n’a pas d’immunité collective présentement et on n’en aura pas avant des mois», met-il en garde. 

Chaudière-Appalaches 

En Chaudière-Appalaches, la situation semble se stabiliser. Depuis quatre jours, on y signale quotidiennement une quarantaine de nouvelles infections. Mardi, 41 cas ont été rapportés. 

Ces plus récentes données sont en continuité avec la moyenne de 36 cas par jour dressée la semaine dernière, entre le 21 et le 27 mars.  

Les cas appartenant à une souche variante étaient par contre en légère augmentation depuis la veille et se comptent au nombre de 248, contrairement à 235 en date de lundi. Les  deux premiers cas de variant britannique y ont été confirmés.  

Ainsi, le bilan fait état de 12 284 personnes infectées par la COVID-19 au cours de la dernière année. 

Par ailleurs, aucun décès ne s’est ajouté au cumul des victimes qui demeure stable depuis le 28 février dernier. Un total de 288 personnes ont perdu la vie en Chaudière-Appalaches depuis l’arrivée du virus sur le territoire.  

DÉPISTAGE MASSIF AU SSF 

Au lendemain de la fermeture temporaire du Séminaire Saint-François en raison d’une éclosion majeure, le CIUSSS de la Capitale-Nationale procèdera mercredi à un dépistage massif des étudiants et des membres du personnel. 

L’opération se tiendra dans le gymnase de l’école secondaire de Saint-Augustin-de-Desmaures. 

En date de mardi, 36 personnes avaient reçu un diagnostic positif, dont trois employés. Déjà, 11 groupes sur un total de 24 classes avaient été retirés. 

Le dépistage massif vise entre 700 et 750 personnes, selon le CIUSSS.  

+

EN BREF

Capitale-Nationale

  • 129 nouveaux cas confirmés, pour un total de 23 943 depuis le début de la pandémie
  • 1015 décès (+1)
  • 36 personnes hospitalisées, dont huit aux soins intensifs
  • 22 108 personnes guéries
  • 820 cas actifs
  • 60 éclosions actives
  • 102 960 doses du vaccin administrées (+4222)

Chaudière-Appalaches

  • 41 nouveaux cas confirmés, pour un total de 12 284 depuis le début de la pandémie
  • 288 (+0)
  • Sept personnes hospitalisées, dont quatre aux soins intensifs
  • 11 660 personnes guéries
  • 342 cas actifs
  • 27 éclosions actives
  • 55 880 doses du vaccin administrées (+1313)