La facture anticipée pour le projet Le Phare est passée de 600 à 755 millions $ entre 2015 et 2018.

Hausse de 26% des coûts du Phare

La facture anticipée pour le projet Le Phare a explosé au cours des dernières années passant de 600 à 755 millions $ entre 2015 et 2018. Une augmentation de 26%.

Selon le chef d’orchestre du complexe immobilier, le Groupe Dallaire, cette hausse des coûts est attribuable à la nouvelle mouture du projet privé qui sera présenté la semaine prochaine. 

«L’évolution du budget global tient principalement à la révision générale du projet qui est maintenant passé à plus de 3 millions de pieds carrés [contrairement à environ 2,6 millions en 2015] en plus des ajustements requis pour accueillir le pôle d’échanges», a expliqué le président, Michel Dallaire.

Parmi les principaux éléments ayant fait grimper la facture, on retrouve le coût de construction pour la salle de spectacle. Cette dernière, qui possédera une scène centrale, a vu son nombre de sièges bondir de 750 à 1200. Il y a aussi la configuration «plus définis» du pôle d’échange Sainte-Foy Ouest qui devrait compter «entre sept et huit quais». Ce terminus, qui sera situé au premier sous-sol du complexe, desservira à la fois le tramway et le trambus. Un point de correspondance figure aussi dans les plans pour un raccordement avec le réseau de transport collectif de la rive sud.

Comme autres composantes, il y a le prolongement du tunnel pour les autobus menant au pôle d’échanges. Les autobus de la Rive-Sud et les trambus entreront sur l’avenue Lavigerie par une voie d’accès souterraine (une trémie).

Et finalement, la fenestration de la tour de verre a aussi été revue par le promoteur et des balcons ont été insérés aux unités résidentielles.

Le montant majoré est apparu une première fois dans une invitation à une séance d’information publique parue mardi dans les pages du Soleil. Le Groupe Dallaire invite la population les 19 et 20 juin au Collège Jésus-Marie pour assister à une présentation du projet et à poser ses questions.

«C’est nous qui lui avons demandé», a expliqué le maire de Québec, mardi, en marge d’une conférence de presse. «On a dit dans les derniers mois qu’on veut que les promoteurs aillent au bâton. Qu’ils aillent défendre leur projet et on passera après. Je pense que c’est sain. La Ville n’a pas à répondre à la place des promoteurs. C’est à eux de convaincre la population», renchérit Régis Labeaume.

Consultations publiques

Toujours mardi, la Ville annonçait qu’elle tiendra ses propres consultations publiques seulement à l’automne plutôt qu’avant les vacances d’été comme elle l’avait suggérée. «On n’était pas prêt. Quand on va arriver à la mi ou à la fin septembre, on sera prêt», justifie le maire.

«C’est une grosse affaire», tient-il à rappeler, soulignant les nombreux enjeux liés à la circulation. «Il y a le tramway avec une station souterraine, l’élargissement du boulevard Hochelaga. C’est beaucoup de choses en même temps. Structurellement, il faut être sûr de nos réponses.»

«Nous consulterons notamment sur les aspects réglementaires du projet, son impact sur la circulation et le transport en commun», a indiqué pour sa part Marie‑Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif responsable de l’aménagement du territoire. «La Ville informera les citoyens en plus de leur fournir des études favorisant leur bonne compréhension du projet. Nous informerons la population sur les coordonnées des séances à la rentrée», poursuit-elle.

Le Groupe Dallaire espère toujours démarrer le chantier à l’hiver 2019. En 2016, son projet était évalué à 650 millions $.

La municipalité rappelle dans un communiqué que ce développement s’inscrit dans la vision du programme particulier d’urbanisme du plateau centre de Sainte-Foy en vigueur depuis 2018.

Récemment, le promoteur avait obtenu l’aval de la commission d’urbanisme de la Ville pour la réalisation de son complexe immobilier.

Le projet Le Phare prévoit la construction de quatre tours, dont trois entre 15 et 45 étages, d’une place publique et d’une salle de concert.

Environ 3000 travailleurs et 3000 résidents sont attendus sur le site. Il y aura des espaces de bureaux, des logements, des condos, des commerces, un restaurant et un hôtel d’environ 150 chambres.