L'Aéroport de Québec

Hausse d’achalandage en 2018 pour l’Aéroport de Québec

Hasard ou opération charme? Aéroport de Québec inc. (AQI) a aussi dévoilé lundi son bilan d’achalandage 2018 qui présente une hausse de 6,2 % du nombre de passagers.

Ainsi, 1774 871 voyageurs ont transité par l’aéroport l’an dernier, soit 104 000 de plus qu’en 2017. C’est une 17e année de croissance consécutive, se réjouit le président et chef de la direction, Gaëtan Gagné. Malgré la critique, l’aéroport précise que plusieurs compagnies aériennes ont bonifié leur offre.

«WestJet a fait l’ajout d’une nouvelle destination [Calgary] et a augmenté son offre de vols vers Toronto. Pour sa part, American Airlines a doublé sa capacité vers les États-Unis, notamment par un service accru vers Philadelphie. La compagnie aérienne bonifiera d’ailleurs son offre en 2019 avec l’ajout de vols vers Chicago en période estivale», donne-t-il en exemple. Comme quoi, il est faux de dire que «l’aéroport est vide».

À LIRE AUSSI : La Ville défendra les 26 personnes mises en demeure par l'Aéroport de Québec [VIDÉO]

Abandons de liaisons

Selon M. Gagné, les compagnies abandonnent parfois certaines liaisons. Mais le problème ne réside pas dans la mauvaise gestion de l’aéroport. «En 2017, c’est vrai qu’il y avait une pénurie de pilotes. On ne pouvait rien faire pour ça. De plus, avant de créer des liaisons, il faut cibler notre clientèle. Il y a quelques années, je me rappelle qu’on voulait établir un vol Québec-Los Angeles, mais encore faut-il une demande.»

Le président prend en exemple la tenue du 12 au 14 février du congrès Routes Americas, le plus important forum de développement aérien des Amériques, une première au Canada. «Ce sont 80 transporteurs aériens et 50 associations touristiques qui seront présents. On va notamment se demander si on peut développer davantage l’hiver», illustre-t-il comme exemple d’effort de commercialisation.