C’est la première fois, jeudi, que les deux élus exprimaient leur point de vue différent sur la même tribune depuis que le gouvernement du Québec a décidé en juillet d’analyser la nouvelle mouture du réseau structurant avant d’y donner son aval. 
C’est la première fois, jeudi, que les deux élus exprimaient leur point de vue différent sur la même tribune depuis que le gouvernement du Québec a décidé en juillet d’analyser la nouvelle mouture du réseau structurant avant d’y donner son aval. 

Guilbault et Labeaume affichent leur désaccord

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
La ministre responsable de la capitale, Geneviève Guilbault, affirme que le projet de tramway et celui de desserte de la périphérie de Québec sont deux projets distincts alors que le maire de Québec les juge indissociables.

C’est la première fois, jeudi, que les deux élus exprimaient leur point de vue différent sur la même tribune depuis que le gouvernement du Québec a décidé en juillet d’analyser la nouvelle mouture du réseau structurant avant d’y donner son aval. 

La question est venue d’un journaliste qui demandait à Mme Guilbault si le projet de desserte des banlieues dans la capitale s’apparentait à celui entériné plus tôt cette semaine par le ministre des Transports à Montréal. Il prévoit des voies réservées pour le transport en commun et le covoiturage sur des tronçons autoroutiers dans le but de créer un corridor vers les stations du REM.

Mme Guilbault n’a pas voulu se prêter au jeu des comparaisons. «Est-ce qu’on faire le parallèle avec Montréal? La question se pose. Je ne suis pas en mesure de répondre oui ou non parce qu’il faut voir tous les tenants et aboutissants de ce qui se fait à Montréal.»

Pour le projet de couronne périphérique à Québec, elle reste sur sa position. «Le projet de réseau structurant c’est une chose et le projet de couronne périphérique est intéressant. Il faudra l’analyser comme le reste. On le fait en parallèle du projet de transport structurant. C’est deux projets différents, parce que c’est deux enveloppes différentes», réitère-t-elle, en ajoutant que la desserte des banlieues est une condition sine qua non au financement du projet de tramway.

Le maire réplique

«Geneviève dit que c’est un projet à part. Moi, je vous dis que ça fait partie de l’ensemble des choses. On n’est pas obligé d’être d’accord là-dessus, a répliqué le maire à la même question. Notre projet de couronne périphérique, c’est le développement de 56 kilomètres de voies réservées et d’accotements qui s’accrochent au projet de tramway. C’est un tout, cette affaire-là. Montréal le fait exactement comme nous. Si c’est bon pour Montréal, ça doit être bon pour Québec.»

Le gouvernement du Québec analyse la nouvelle mouture du tramway sans le trambus comme annoncé à la fin juin. Il a notamment commandé une nouvelle étude d’achalandage qui devrait être terminée au début de 2021. Le retrait du trambus était rendue nécessaire pour respecter l’enveloppe de 3,3 milliards de dollars. Se faisant, la Ville épargne 700 millions de dollars qui seront réinjecté dans les 22 km de rails du tramway, beaucoup plus coûteux que prévu.