«C’est une excellente nouvelle parce qu’en terme de service à la clientèle, l’idée que [les voyageurs] partent d’ici et aillent directement à la gare centrale à Montréal, ça fait toute la différence par rapport à l’hypothèse où ils devaient débarquer avant le mont Royal pour procéder à un transfert», a réagi le maire de Québec, Régis Labeaume.

Gros obstacle levé pour le TGF

Soupir de soulagement à Québec après l’annonce de la cohabitation future du train à grande fréquence (TGF) Québec-Montréal et du train électrique de Montréal dans le tunnel sous le mont Royal. Les voyageurs en partance de Québec pourront ainsi se rendre directement au centre-ville de Montréal. Reste à savoir quand exactement.

L’annonce a été faite par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), jeudi, lors d’une mise à jour du projet REM, le Réseau électrique métropolitain rebaptisé Réseau express métropolitain. Moyennant le choix d’une technologie permettant aux trains de partager les voies dans l’étroit tunnel vieux de 100 ans, le TGF pourra ainsi mettre le cap sur la gare centrale même si le REM circulera dans le même corridor plusieurs fois par heure.

«C’est une excellente nouvelle parce qu’en terme de service à la clientèle, l’idée que [les voyageurs] partent d’ici et aillent directement à la gare centrale à Montréal, ça fait toute la différence par rapport à l’hypothèse où ils devaient débarquer avant le mont Royal pour procéder à un transfert. Là, ce qui n’est pas clair, c’est si la technologie existe et si ce sera prêt dès que le TGF sera en opération», a réagi le maire de Québec, Régis Labeaume. 

Même s’il n’est plus question de la station intermodale près de la jonction des autoroutes 40 et 15, l’idée d’une correspondance n’est en effet pas écartée encore. Cette solution serait transitoire, le temps que la compatibilité des deux systèmes soit assurée dans le tunnel. Il y a encore des années devant. Au plus tôt, une première portion du REM sera opérationnelle à l’été 2021. Le TGF, lui, prendra entre deux et quatre ans à concrétiser une fois que VIA Rail aura toutes les autorisations en main. 

Pour VIA Rail, il n’est pas question de déploiement en deux temps. Dans un courriel au Soleil, Mariam Diaby, porte-parole, parle «d’assurer l’interopérabilité des deux projets dès leur mise en service» pour une meilleure fluidité des déplacements et «attirer un plus grand nombre de nouveaux voyageurs». 

Du positif ailleurs

Pour le reste, la réaction est bonne aussi. «Nous sommes heureux que cette étape importante du choix de consortium soit franchie. Nous demeurons disponibles pour rencontrer le consortium pour connaître leur approche technique et ensemble déterminer comment assurer l’accès à gare centrale pour les trains de VIA Rail sur tous les tronçons» en s’inspirant de technologies existantes ailleurs dans le monde, a commenté Mme Diaby. 

Pour éviter des délais, Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables, croit que le gouvernement fédéral doit faire de l’interopérabilité du tunnel une condition stricte au financement du REM. Ottawa absorbe 1,3 milliard $ d’une facture totale de 6,3 milliards $. 

«Il faut absolument que ça passe là parce que si les gens sont obligés de faire un transfert, un peu comme à Ottawa, ça ne sera pas assez attrayant pour attirer la nouvelle clientèle qu’on espère. Il va y avoir plus de fréquence, un peu plus de vitesse, mais la vitesse on va la perdre avec un transfert dans le nord», dit M. Grandmont. 

VIA Rail veut faire circuler son TGF sur des voies réservées sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent pour relier la capitale et la métropole en 2 heures et 10 minutes au lieu de 3h20. Le nombre de départs quotidiens et l’achalandage sont appelés à tripler. 

Pour la présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ), Julie Bédard, la multiplication des signaux positifs en faveur du TGF est une bonne nouvelle pour l’économie de Québec puisque la mobilité des gens d’affaires influence le succès des entreprises. C’est encore plus vrai avec une entrée directe au centre-ville, plaide-t-elle.