La Sépaq étudie «différents scénarios» pour étendre la gratuité au Parc de la Chute-Montmorency à davantage de gens de la région de Québec qui se rendent à pied, en vélo ou en autobus sur place.

Gratuit jusqu’à nouvel ordre au Parc de la Chute-Montmorency

La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) change d’avis et décrète que l’accès au Parc de la Chute-­Montmorency restera gratuit jusqu’à nouvel ordre. L’organisme se plie ainsi à la volonté du gouvernement qui a fait pression pour qu’elle révise ses tarifs.

«On a entendu le mécontentement et on y voit un signe de l’attachement des gens de Québec par rapport à cette attraction naturelle», commente Simon Boivin, porte-parole de la Sépaq.

Le tarif individuel de 6,25 $ et le tarif familial de 12,50 $ qui devaient entrer en vigueur le 12 juin sont suspendus. Jusqu’à ce que la Sépaq révise sa grille de tarification, d’ici le 2 juillet, seuls les stationnements resteront payants. 

M. Boivin explique que la Sépaq étudie actuellement «différents scénarios» pour étendre la gratuité à davantage de gens de la région de Québec qui se rendent à pied, en vélo ou en autobus sur place. «Ça n’a jamais été un objectif d’encourager le transport en automobile» jusqu’à la chute Montmorency, précise-t-il. L’objectif de faire payer chaque visiteur était plutôt de désengorger les rues avoisinantes.

La Sépaq précise toutefois qu’elle souhaite rester cohérente avec les autres parcs et les autres attractions qu’elle gère, comme l’Aquarium de Québec, en imposant une tarification par personne. «Ce site-là a besoin de revenus pour opérer», fait valoir M. Boivin. À l’heure actuelle, les touristes qui visitent le Parc de la Chute-Montmorency en autobus paient environ 3 $ pour y avoir accès, alors que la Sépaq avait l’intention d’augmenter leur tarif à 8 $. 

Guilbault réjouie

La ministre responsable de la Capitale-Nationale Geneviève Guilbault s’est réjouie mardi de la réaction de la Sépaq. La veille, elle avait acheminé une lettre à l’organisme pour demander à ce que tous les citoyens de la grande région de Québec puissent avoir accès au site gratuitement. 

Si son collègue Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, avait défendu la semaine dernière les tarifs imposés, Mme Guilbault indique que «son écoute, son ouverture et sa collaboration ont été instantanées» dans ce dossier. 

Les députés caquistes de la région de Québec, notamment Jean-François Simard et Émilie Foster, ont milité pour que la décision soit renversée. «C’est notre travail de député de porter la parole des gens de Québec et je suis bien heureuse que les bonnes oreilles aient été attentives à nos doléances», exprime Mme Guilbault. 

Le député libéral de Jean-Talon Sébastien Proulx s’étonne quant à lui de cette volte-face de la part de la Coalition avenir Québec. «J’ai trouvé très particulier d’entendre le ministre [Dufour] dire une chose et son contraire en si peu de temps.»

M. Proulx croit que la pression faite par son parti et par la population depuis deux semaines a fini par faire entendre raison au gouvernement. «La chute Montmorency, c’est un lieu unique, situé dans la cour arrière de Québec. C’est le prolongement du voisinage pour de nombreuses personnes», fait-il valoir. 

Le Parc de la Chute-­Montmorency est fréquenté par plus de 900 000 visiteurs chaque année.  Avec Marc Allard