Le Groupe Dallaire prépare, depuis quelques années, un projet immobilier à vocation sociale pour le grand couvent des Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Vallier du chemin Sainte-Foy.

Grand couvent des Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Vallier: Groupe Dallaire poursuit ses démarches

Le Groupe Dallaire poursuit ses démarches pour mettre la main sur des propriétés religieuses de la capitale. Il prépare, depuis déjà quelques années, un projet immobilier à vocation sociale pour le grand couvent des Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Vallier du chemin Sainte-Foy.

Où est-ce? En face de l’école primaire Anne-Hébert. L’adresse : 550 à 590, chemin Sainte-Foy.

Et de quel type de développement est-il question? De la construction d’une tour sur le vaste terrain à l’arrière du monastère? De la transformation du couvent lui-même?

Le promoteur n’entend pas donner de détails pour l’instant. Mais convient qu’il y a un «projet» pour la propriété des Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Vallier. «Après vérifications auprès de M. Michel Dallaire, ce dernier me prie de vous informer qu’il n’est pas encore prêt à parler du projet», nous écrit Lyne Morin, son adjointe.

La supérieure générale de la congrégation, Jeanine Jean, ne s’avance pas davantage. «Il nous reste des choses à régler.» En fait, le «processus» a pris du retard sur les prévisions, ce qui la pousse à faire preuve de retenue. «On est en attente.»

Les plans mystérieux sont néanmoins assez avancés pour que le «directeur adjoint immobilier, propriétés conventuelles» de Groupe Dallaire soit physiquement installé dans les locaux des sœurs du chemin Sainte-Foy. 

Il faut dire que le «projet» est en marche depuis quelques années. Et que les locataires des nombreux locaux de l’ensemble immobilier sont au courant.

Relève Musicale

Dans le lot des occupants se trouve la Relève Musicale de Québec, organisation offrant aux musiciens classiques et chanteurs d’opéra, entre autres, de se produire devant un public. Public qui peut assister à des concerts à prix d’ami.

Les gestionnaires ont appris qu’ils devront dénicher un nouveau toit. «Les Sœurs sont en processus de transition avec le Groupe Dallaire qui doit acheter la propriété», nous explique Jean-François Mailloux, pianiste titulaire et coresponsable.

«Les sœurs sont encore propriétaires des lieux. [Mais] elles ont donné le mandat à un gestionnaire du Groupe Dallaire de gérer la location et les réservations de salles et des infrastructures de la maison.»

La Relève Musicale a donc annoncé à ses habitués que son dernier tour de piste est imminent. Du moins chez les Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Vallier. «Les locations pour tout groupe, quel qu’il soit, ne peuvent plus être possibles depuis le mois de septembre : notre dernier concert chez les SSJ sera le samedi 14 décembre prochain. Nous devons nous tourner vers d’autres endroits pour la suite des choses.»

«Évidemment, nous sommes attristés de perdre cette magnifique salle de concert qui sera sans doute réaménagée pour des logements dans un avenir proche...», laisse tomber M. Mailloux.

Centraide Québec

Centraide Québec a toutefois reçu l’assurance qu’il pourra rester dans l’aile du 550, chemin Sainte-Foy où il a emménagé il y a environ trois ans. «Ça ne nous affecte pas du tout. Nous, on a un bail, on reste là», observe la conseillère stratégique à la direction générale, Camille Bélanger-Vincent.

D’ailleurs, lorsque le contrat de location a été signé vers 2015, 2016, Centraide a été averti qu’un «projet» immobilier était dans les cartons. «Au moment même de déménager, on connaissait ce projet-là.»

Le jour du Seigneur

Les producteurs du Jour du Seigneur sont aussi au fait que des développeurs discutent avec les religieuses. Pourquoi? Depuis 2014, l’émission vénérable est télédiffusée depuis l’oratoire Saint-Joseph de Québec, la chapelle faisant partie du couvent. 

Les amateurs seront toutefois soulagés d’apprendre que la célébration catholique ne devra pas faire ses boîtes. «L’oratoire n’est pas concerné par les travaux», indique Claude René Piette, premier chef du contenu et de la production, à Radio-Canada Québec.

Par ailleurs, il y a longtemps eu une école chez les sœurs de Saint-Joseph de Saint-Vallier. L’Institut Saint-Joseph a cependant déménagé en 2012 sur l’avenue Joffre.

Selon le plus récent rôle d’évaluation municipale, au 1er juillet 2017, le terrain de 23 100 mètres carrés [près de 250 000 pieds carrés] valait à lui seul 6,375 millions $. Il faut ajouter 6,73 millions $ pour les bâtiments patrimoniaux. Total : 13,1 millions $.