Jean-Francois Gosselin de Québec 21

Gosselin «n'est pas fier» de son parti

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, dit avoir «hâte de remettre le parti sur la bonne voie».

L’élu municipal réagissait à certains passages d’un rapport sur les dépenses de son parti qui ont transpiré jeudi dans le Journal de Québec. On y apprend que des membres du conseil d’administration ont participé aux délibérations pour des contrats qui leur ont été attribués et que le président Serge Marcotte a agi de façon antidémocratique parce qu’il ne veut pas fournir à M. Gosselin la liste des membres du parti.

«Certaines personnes doivent repenser leur implication au sein du parti», a-t-il réitéré sans exiger le départ de membres précis. 

M. Gosselin réclame plus de démocratie et de transparence et demande au c.a. de rendre publiques les conclusions du rapport. Du même souffle, il se dit prêt à se soumettre à un vote de confiance des membres. Le représentant de Qc21 explique qu’un schisme s’est créé dès la nomination du conseil d’administration le 22 octobre et depuis qu’il a commencé à poser des questions sur certaines dépenses. «Je ne suis pas fier. J’ai hâte de remettre le parti sur la bonne voie», a-t-il confié.

Il peut compter sur le soutien de ses deux collègues au conseil municipal. Pas question pour eux de tourner le dos à leur chef comme a pu laisser entendre le fondateur du parti, Frédérick Têtu, dont la conjointe est membre du c.a. du parti.