Frédérick Têtu (à droite), lors de la présentation de candidats de Québec 21, en compagnie du chef Jean-François Gosselin

Gosselin n'écarte pas totalement Têtu de Québec 21

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, ne ferme pas la porte à un éventuel retour du fondateur de son parti, Frédérick Têtu, qui a démissionné dans la controverse jeudi, mais il est clair qu'il ne sera pas candidat à l'élection.
«Est-ce qu'il va encore nous donner un coup de main? On en est pas là», a laissé savoir M. Gosselin, qui a réagi samedi à la publication de son candidat démissionnaire. Vendredi sur sa page Facebook, Frédérick Têtu a annoncé qu'il rompait tous ses liens «formels et informels» avec le parti qu'il a lui-même mis sur pied.
M. Têtu a retiré sa candidature dans la controverse jeudi, après une entrevue sur les ondes de CHOI et pendant laquelle il semblait être en état d'ébriété, blasphémant et tenant des propos décousus. «S'il continue de travailler avec nous, quel sera son rôle? On ne le sait pas. Une chose est sûre, c'est qu'il ne sera pas candidat, ni président», lance M. Gosselin.
Sur le réseau social, le professeur du cégep Garneau s'est une fois de plus excusé expliquant qu'il allait «prendre l'été» pour s'occuper «de sa santé.» En entrevue au Soleil, Jean-François Gosselin indique que l'homme sera au repos pendant trois semaines et c'est ensuite qu'il sera question d'un retour ou non.
«On va prendre le temps de s'assoir, tout le monde sera bien reposé», dit-il. «Tout est relatif [...] On verra [...] Tout le monde a droit à l'erreur. Il a payé cher, il devait être candidat et il ne le sera pas. Il ne sera même plus le président du propre parti qu'il a fondé», a poursuivi M. Gosselin qui affirme encore lui faire confiance.
«Complètement vidé»
Le chef s'explique encore mal les agissements de son ex-candidat sur les ondes. «Je lui ai parlé avant et après [...] Il ne me parlait pas comme dans les extraits que j'ai entendus, j'ai encore de la difficulté à comprendre. La façon dont il parlait, les propos qu'il a tenus, le Frédérick Têtu à qui je parle cinq à six fois par jour ne dit jamais des choses comme ça».
Jean-François Gosselin continue d'appuyer la thèse de la «fatigue extrême», telle qu'évoquée par M. Têtu, pour élucider sa dérive qu'il qualifie encore «d'inacceptable». «Il était brûlé, fatigué. Il a travaillé extrêmement fort pour monter le parti, il s'en est mis beaucoup sur les épaules [...] Je lui ai reparlé [vendredi], il était complètement vidé».
Frédérick Têtu a annoncé jeudi qu'il retirait sa candidature dans Loretteville - Les Châtels sur sa page Facebook. Sa deuxième publication vendredi visait à remettre les pendules à l'heure quant à son implication dans le parti politique, estime le chef Gosselin. «Il apparait comme chef sur le DGEQ, ça sème la confusion», indique-t-il.
La modification doit être apportée d'ici les prochains jours sur le site du Directeur général des élections du Québec. Jean-François Gosselin apparaitra comme président et chef du nouveau parti municipal. Avec le départ de Frédérick Têtu, Québec 21 compte désormais huit candidats, en plus de M. Gosselin qui briguera la mairie.
***
Publication Facebook de Frédérick Têtu
Bonsoir tout le monde,
J'ai la tristesse de vous annoncer que j'ai décidé de rompre tous mes liens, formels et informels, avec le parti Québec 21. J'y songeais depuis hier matin mais l'intensité de l'attaque médiatique signifie que je ne peux pas me permettre de prendre une couple de semaines pour confirmer ma réflexion. J'entends prendre l'été pour m'occuper de ma santé et je pense que dans les circonstances, je ne peux de toute façon rien apporter de positif au parti. Il faudra attendre quelques jours avant que le changement du nom du président soit opéré au DGEQ, car nous ne pouvons changer nous-mêmes le nom du ''chef'' (vocabulaire du DGEQ pour désigner le président du parti) sur le site du DGEQ sans passer par lui selon une procédure et dans des délais qui lui appartiennent. Je tiens à réitérer mes excuses les plus ressenties auprès de tous ceux qui ont été affectés par mes propos et j'en profite pour encourager encore une fois tous ceux et celles qui se dévouent pour le succès de Québec 21. Je suis de tout coeur à vos côtés, à défaut de pouvoir y être autrement.