Le chef de Québec 21 qualifie de «désastre» le projet pilote de cuisine de rue. Jean-François Gosselin réagissait vendredi à l’article du Soleil qui faisait état des résultats «mitigés» de cette seconde année du projet-pilote.

Gosselin dénonce le projet pilote de cuisine de rue

Le chef de Québec 21 qualifie de «désastre» le projet pilote de cuisine de rue.

Jean-François Gosselin réagissait vendredi à l’article du Soleil qui faisait état des résultats «mitigés» de cette seconde année du projet-pilote.

Rappelons que les restaurateurs mobiles souhaitent toujours avoir accès à des sites au centre-ville, notamment dans le Vieux-­Québec, parce que ceux désignés par la Ville sont, selon eux, toujours trop loin de la clientèle touristique et des travailleurs. De son côté, l’administration Labeaume a toujours été réticente à accepter cette requête par crainte de nuire aux restaurateurs des grandes artères commerciales.

«C’est un désastre du maire Labeaume. Il n’a jamais eu de volonté politique que ça fonctionne. Un projet pilote, c’est pour tester quelque chose, que ça fonctionne ou pas», s’insurge le chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville.

«Il aurait dû simplement dire où ne pas aller et laisser le marché, les gens décider. La preuve qu’il y a une demande, c’est que ça fonctionne pour les événements privés. On aurait pu savoir la tolérance des restaurateurs. Est-ce que ça vient cannibaliser leur chiffre d’affaires» argumente-t-il encore.

Information à venir

Interrogée sur la question, la responsable du dossier, la conseillère Marie-Josée Savard, n’avait pas encore obtenu d’information des participants au projet-pilote avant de faire lecture de l’article paru vendredi dans Le Soleil. Il faut dire que cette seconde année du projet se termine seulement le 31 octobre.

Mme Savard mentionne simplement qu’elle prendra connaissance du bilan final, en précisant qu’il pourrait y avoir une autre année d’expérimentation l’an prochain même si les résultats des deux premières années ne sont pas concluants.