Le nouveau directeur général de la coopérative de solidarité, Gilles Carignan, estime que les défis seront nombreux pour assurer la pérennité du Soleil, dont celui de retrouver la rentabilité.

Gilles Carignan nommé directeur général du «Soleil»

Le nouveau visage du «Soleil» continue de prendre forme. Le tout premier conseil d’administration de la Coopérative de solidarité «Le Soleil», élu mercredi dernier, a nommé Gilles Carignan au poste de directeur général de la nouvelle entité.

Celui qui était jusqu’à présent directeur du contenu numérique de Groupe Capitales Médias s’est dit «animé par le désir de renverser la vapeur, de sortir de l’impasse». «On pense qu’on a des idées intéressantes dans l’équipe qui vont nous permettre de voir la lumière au bout du tunnel rapidement», a-t-il souligné.

Journaliste chevronné, Gilles Carignan est à l’emploi du Soleil depuis 1995. Les lecteurs l’ont connu comme critique de cinéma durant plusieurs années. Entre 2006 et 2018, il a occupé les fonctions de chef des nouvelles, de directeur de l’information et de rédacteur en chef.

Le nouveau directeur général estime que les défis seront nombreux pour assurer la pérennité du quotidien de Québec. Parmi les priorités incontournables, il faudra retrouver la rentabilité. «On ne peut pas éternellement perdre de l’argent. Il nous faut un modèle qui permette d’espérer avoir des revenus pour construire quelque chose de nouveau. On a deux ans devant nous. C’est ambitieux, mais réaliste», a-t-il soutenu.


« On pense qu’on a des idées intéressantes dans l’équipe qui vont nous permettre de voir la lumière au bout du tunnel rapidement »
Gilles Carignan

Il faudra d’ailleurs que le retour à l’équilibre se fasse à travers la transition vers le numérique. «On a fait des pas de géant depuis trois ans, on a avancé énormément, mais il faut aller plus loin. Il faut trouver des façons nouvelles d’amener l’information au lecteur», plaide le journaliste.

Il souligne d’ailleurs l’important soutien qui s’est manifesté dans la population pour la sauvegarde du Soleil. «Ce qui va faire que ça va marcher, c’est la qualité des gens qui sont avec nous, mais c’est aussi la communauté dans laquelle on est inscrit. J’ai senti depuis trois mois qu’il y a beaucoup de gens qui ont envie de travailler avec nous pour bâtir quelque chose de nouveau», a avancé Gilles Carignan.

Il croit d’ailleurs que le modèle coopératif pourra contribuer à la réussite de cette nouvelle entreprise. «Ce n’est pas le modèle coopératif qui va nous sauver, mais c’est une façon de travailler et de gérer qui me convient. J’ai toujours pensé qu’il fallait travailler ensemble et impliquer les gens», a-t-il expliqué.

Rappelons qu’en août dernier, l’ex-propriétaire Martin Cauchon avait placé Groupe Capitales Médias, qui regroupe Le Soleil et cinq autres quotidiens régionaux (La Voix de l’Est de Granby, Le Nouvelliste de Trois-Rivières, La Tribune de Sherbrooke, Le Quotidien de Saguenay et Le Droit d’Ottawa), sous la protection de la Loi sur les faillites. Depuis, les employés ont constitué des coopératives pour reprendre la gestion des six journaux. La confirmation du rachat par ces nouvelles entités devrait se faire la semaine prochaine.