Ce rat a été trouvé dans un jardin de Saint-Roch, lundi.

Gare aux rats dans Saint-Roch!

Incapable d'identifier la provenance de rats dans un secteur du centre-ville, la Ville de Québec a inhabituellement fait parvenir une lettre aux citoyens pour signaler leur présence. Et afin d'éviter leur multiplication, elle leur demande d'être vigilants.
Pas de panique, il n'y a pas de problématique spécifique avec les rongeurs en ville cette année, assure la municipalité qui précise qu'il n'est pas exceptionnel d'en trouver dans les secteurs où les conduites sont plus âgées. Même son de cloche du côté du service d'extermination, Maheu Maheu, qui dit ne pas avoir constaté de recrudescence d'appels en lien avec les rats. 
Par contre, ce qui est rare, c'est qu'à la suite d'une plainte d'un citoyen de Saint-Roch, la Ville n'est pas parvenue à trouver la raison pour laquelle l'animal rôdait. 
C'est pourquoi le service en environnement et salubrité de La Cité-Limoilou a transmis une missive aux résidents des rues touchées, soit celles du Roi, de la Salle, du Parvis et de la Couronne afin de leur demander d'appliquer un certain nombre de recommandations pour éviter leur prolifération. 
«Ce genre de communication pour une problématique de rats est très peu courante», souligne la porte-parole de la Ville de Québec, Marjorie Potvin.
La lettre, datée du 3 juillet, a ainsi été distribuée «dans une approche se voulant préventive et constructive. [...] La collaboration des résidants du secteur se veut un des éléments qui permettra de corriger la situation», souligne Mme Potvin qui ajoute que les autorités veulent régulariser la situation le plus rapidement possible. 
La présence de rats est souvent liée à des chantiers routiers, mais dans ce cas-ci, il n'y aurait pas de corrélation directe entre les deux. «Il n'est pas impossible que lorsque les conduites sont ouvertes en raison des travaux les rats sortent sur la terre ferme, mais normalement si le clapet anti-retour des conduites domestiques est fonctionnel, les rats ne devraient pas pénétrer dans les résidences», dit la porte-parole. 
Opération de dératisation 
Le dossier a été transféré à la Division de la qualité du milieu qui procédera au cours des prochains jours à une opération de dératisation, qui consiste à placer du poison dans les égouts avoisinant l'endroit où la plainte a été formulée. 
Dans les deux à trois semaines suivantes, si le poison a été mangé à plus de 50 %, les employés municipaux en remettent et refont un suivi. 
Mais si les rongeurs n'y touchent pas ou très peu, soit moins de la moitié, leur présence est alors considérée faible, voire contrôlée, et le dossier est clos.