France Hamel, la mairesse suppléante

Fusion de St-Augustin avec Québec: «Suicidaire», affirme France Hamel

Refusionner avec Québec serait «suicidaire», tranche la mairesse suppléante de Saint-Augustin-de-Desmaures, France Hamel.
«Dans l'éventualité d'une fusion avec Québec, Saint-Augustin perdrait son potentiel fiscal et ne pourrait plus en tirer des revenus de taxes, mais demeurerait responsable de sa dette à long terme», expose Mme Hamel qui repousse du revers de la main la proposition faite par quatre importants hommes d'affaires locaux - Denis Leclerc, Louis Garneau, Jean-François Dufresne et Mario Guérin - d'entreprendre des démarches en vue de la refusion de Saint-Augustin avec Québec. «Il s'agirait de la pire des solutions qu'on puisse envisager pour régler les problèmes des finances de Saint-Augustin.»
Ce n'est pas pour rien, selon Mme Hamel, qu'aucun des quatre candidats à la mairie ne parle d'un nouveau mariage avec Québec dans la campagne actuelle. «Les citoyens et les entreprises y perdraient tous au seul bénéfice de Québec.»
Toujours selon la mairesse suppléante, seule l'adoption d'une nouvelle formule de partage des dépenses régionales entre Québec et les villes défusionnées pourra sortir Saint-Augustin de son bourbier financier.
Par ailleurs, France Hamel n'arrive pas à comprendre la «volte-face» du ministre régional, Sam Hamad, qui a déclaré, hier, qu'il serait ouvert à une requête de citoyens prônant une nouvelle union avec Québec.
«M. Hamad est celui qui avait convaincu le maire Marcel Corriveau de se représenter aux dernières élections en lui promettant son soutien pour solutionner le cas de la quote-part», rappelle-t-elle. «Une quelconque fusion avec Québec n'avait alors pas été suggérée ni même évoquée. Faut-il en déduire que le poids de ses électeurs hors de Saint-Augustin a plus de valeur électorale aux yeux du ministre responsable de la région?» demande la mairesse suppléante.