Fusion de l'opposition à Québec: pas de vraies négos, réplique Lemelin

Contrairement à Anne Guérette, le chef de Québec autrement, David Lemelin, soutient qu'il n'y a jamais eu de réelles négociations entre les deux clans. «En fait, ce qui s'est passé, c'est qu'on a présenté notre proposition, et tout d'un coup, c'est terminé. Donc on n'a même pas eu la chance de négocier. C'était prévu jusqu'à la fin de janvier, et nous, on était prêt à le faire», assure-t-il.
David Lemelin
Vrai que M. Lemelin a proposé d'assimiler Démocratie Québec au sein de son parti, Québec autrement, d'en demeurer le chef et de se présenter contre le maire Régis Labeaume. Anne Guérette aurait quant à elle discuté du leadership du parti, quitte à organiser une course à la direction, même si les élections municipales sont prévues cet automne. C'est elle qui a quitté les négociations. «Si elle trouve ça intransigeant, oui, dans la mesure où, si tu me proposes une course à la chefferie en juin, je dis que ça n'a aucun bon sens, donc je ne suis pas négociable là-dessus», explique M. Lemelin, ajoutant du même souffle qu'il n'était «pas contre» la course à la chefferie, mais qu'il l'aurait plutôt organisée après les élections. Il assure qu'il était prêt à en discuter.
En dépit de leur division, les deux chefs de parti soutiennent qu'il est primordial d'unir les partis d'opposition à l'hôtel de ville de Québec. «Diviser les forces de l'opposition, c'est offrir une victoire beaucoup plus facile à Régis Labeaume. [...] Il fallait s'unir, et j'espère qu'on pourra le faire», conclut David Lemelin.