Cette année, 2500 personnes de plus qu'en 2017 se sont déplacées au Centre des congrès de Québec pour bouquiner, assister à des animations ou rencontrer des auteurs.

Foule record au Salon du livre

L’organisation du Salon international du livre de Québec vient de mettre la barre très haute pour son 50e anniversaire, du moins en terme d’achalandage. À sa 49e édition, amorcée le 11 avril et qui s’est terminée dimanche, elle a attiré la plus grande foule de son histoire.

Selon Johanne Mongeau, directrice des communications du Salon, un peu plus de 70 000 personnes se sont rendues au Centre des congrès de Québec pour bouquiner, assister à des animations ou rencontrer les auteurs.

«Quand on aura tous les chiffres, ça va plus tourner autour du 71 000 […] On peut difficilement faire plus gros», a-t-elle admis dimanche, quelques heures avant la clôture du Salon. Dans la seule journée de samedi, 22 000 visiteurs ont franchi les tourniquets, un autre sommet. 

Il est venu cette année 2500 personnes de plus qu’en 2017, un bond un peu plus important par rapport aux autres éditions. Lorsque la présente équipe qui dirige les destinées de l’événement a pris les rennes il y a une vingtaine d’années, l’achalandage était de 34 000 visiteurs.

Mme Mongeau croit que ce succès de foule repose notamment sur la programmation, qui a atteint avec les années un équilibre alliant profondeur et variété. 

Les grosses pointures étaient encore nombreuses cette année. Les Katherine Pancol, Marie Laberge, Douglas Kennedy, Joël Dicker, Kim Thùy et Patrick Senécal, sans oublier le président d’honneur Eric-Emmanuel Schmitt, ont servi «de locomotive». Mais il y avait aussi tous les autres. Quelque 1225 auteurs ont défilé à Québec durant les cinq jours du Salon. 

Les jeunes nombreux

Le Salon a de nouveau attiré une foule de familles et de groupes scolaires. Parmi toutes les visites, 28 000 étaient des jeunes, dont plus de 15 600 élèves en visite du mercredi au vendredi. 

La marche est donc haute, de l’avis même de Mme Mongeau, pour une édition encore plus populaire l’an prochain, année de 50e anniversaire pour le Salon international du livre de Québec. «On n’est pas New York, on n’est pas Paris», a-t-elle comparé, voulant dire que la capacité de croissance devient de plus en plus limitée.

L’organisation a bien sûr l’intention de marquer le coup pour son demi-siècle. «On a quelques idées, il faut surprendre», a-t-elle expliqué, sans donner de détails. Le 50e Salon aura lieu du 10 au 14 avril 2019, toujours au Centre des congrès.