Le «stationnement pour piétons» sera vraisemblablement remplacé par une place publique qui sera élaborée coin 3e Avenue et chemin de la Canardière.

Fin du stationnement pour piétons: la Ville ne s'opposera pas

Malgré un investissement de 14 400 $, la Ville de Québec n'a pas l'intention de s'opposer à la disparition du «stationnement pour piétons» de la 3e Avenue, en s'ingérant dans les décisions du conseil d'administration de la Société de développement commercial Limoilou.
La conseillère municipale Chantal Gilbert dit comprendre la décision de la SDC Limoilou de faire l'impasse sur cette installation éphémère, qui en aurait été à sa quatrième présence estivale sur l'artère commerciale. Il a été plutôt été décidé de vendre l'installation à une SDC montréalaise.
«Nous ne sommes pas choqués de leur décision, mais surpris, oui, assurément», laisse tomber Chantal Gilbert qui endosse le démantèlement dans la mesure où le concept représentait des frais importants pour une SDC confrontée à des choix budgétaires. «Nous avons posé des questions. La «placette» a même été offerte aux autres SDC, mais personne n'en voulait.»
La Ville dit préférer investir ses énergies à l'élaboration d'une place publique, coin 3e Avenue et du chemin de la Canardière, dont les travaux devraient commencer ce printemps.
Place publique
Par ailleurs, le président de la SDC Limoilou, Nicolas Marcoux, a jugé bon de faire une «mise au point importante», mardi, sur sa page Facebook, à la suite des réactions citoyennes dans ce dossier. 
Précisant que « (le stationnement pour piétons) a toujours appartenu à la SDC» et qu'il n'a jamais été pensé dans «un objectif de pérennité», M. Marcoux soutient que «la propriété intellectuelle des concepteurs se résume au fait que nous ne pouvons pas modifier la structure ou en reproduire le concept sans leur autorisation». 
La SDC évalue, chiffres à l'appui, que le coût d'opération de l'aménagement se chiffrait chaque année «à près de 8000 $, un montant que la SDC n'a pas les moyens d'assumer seule», au regard de son budget annuel de 110 000 $. Un «plan de sauvetage» avait été élaboré l'hiver dernier, à la suite du retrait de 75 % de l'apport financier de MonLimoilou.com pour l'édition 2016, explique-t-on.
La SDC Limoilou dit travailler sur un «projet d'idéation pour donner une signature propre à la rue qui sera retravaillée de concert avec les commerçants et les citoyens».