La majorité des intervenants qui ont pris le micro mardi se sont dits favorables au projet du promoteur David Grondin.

Feu vert à quatre étages à l'îlot Esso

Après avoir perdu un référendum en novembre, le promoteur David Grondin pourra aller de l'avant avec la construction d'une nouvelle version d'un immeuble de condos au coin de l'avenue Cartier et du boulevard René-Lévesque. À quatre étages, l'immeuble revu et corrigé respecte le zonage en vigueur, contrairement au projet rejeté, qui en comptait six.
Les cinq élus de l'arrondissement de La Cité-Limoilou ont voté à l'unanimité lundi soir pour trois dérogations mineures qui permettront au promoteur de construire 21 condos avec commerces au rez-de-chaussée sur ce qu'on appelle «l'îlot Esso».
Le 10 novembre, les citoyens du quartier Montcalm ont rejeté à 77 % le projet de 30 condos sur six étages.
Après la défaite, le promoteur propose maintenant quatre étages. Comme dans la première mouture, l'immeuble comportera une petite place publique avec toilettes et abribus. Puisque le bâtiment a été revu à quatre étages, il ne nécessitera pas de changement au zonage et ne pourra donc pas faire l'objet d'un processus référendaire.
Des balcons
Les dérogations mineures permises par les élus lundi concernent un léger retrait à l'est et un dégagement pour permettre des balcons. Aussi, l'immeuble projeté sera de 15 mètres, 2 de plus que les 13 mètres permis.
La conseillère Anne Guérette, qui s'était opposée à la construction d'un immeuble de six étages, s'est dite satisfaite lundi soir.
«Ce bâtiment pourra susciter une belle adhésion. On doit, comme Ville et comme élus, apprendre de cette expérience», a-t-elle dit. La conseillère de Démocratie Québec souhaite que l'aventure référendaire ait permis de prendre conscience de la nécessité de consulter les citoyens «en amont».
La présidente de l'arrondissement, Suzanne Verreault, a pour sa part profité de l'occasion pour indiquer que les membres d'un comité mis sur pied pour revoir le processus de consultation a tenu sa première rencontre. «On va vous revenir avec ça et on va essayer de trouver la meilleure façon de faire.»
Quant au promoteur David Grondin, il est resté prudent lorsque joint par Le Soleil avant la séance du conseil d'arrondissement. «Il y a encore beaucoup de choses à regarder», a-t-il dit.
Il promet «d'ici trois semaines, un mois» une maquette qui permettra de mieux visualiser le projet.