La crainte que certains festivaliers ne se présentent pas aux Fêtes de la Nouvelle-France en raison du nouveau site s’est rapidement envolée après la première journée.

Fêtes de la Nouvelle-France: un déménagement bénéfique

Il n’y a pas de doute pour l’équipe des Fêtes de la Nouvelle-France : le déménagement des festivités vers le parc de l’Esplanade n’aura apporté que des avantages du côté de la logistique.

«C’est un défi d’arriver sur un site qu’on n’a pas occupé. Le fait que tout soit au même endroit, ça facilite beaucoup le travail. Il faut s’assurer que les chiffres sont au rendez-vous, mais les signes sont bons. Si Parcs Canada souhaite nous accueillir encore, ça pourrait être un site qu’on voudrait occuper dans les années prochaines», soulève Mélanie Raymond, directrice générale des Fêtes de la Nouvelle-France.

Il s’agissait du lieu idéal, autant pour son emplacement que pour son aspect historique. Le concept de quartiers a aussi plu aux visiteurs, qui ont laissé de nombreux bons commentaires. 

Bien que le bilan final ne soit pas dressé, Mme Raymond affirme qu’il s’agit d’une édition réussie. La crainte que certains festivaliers ne se présentent pas en raison du nouveau site s’est rapidement envolée après la première journée. 

«La fête est bien vivante, c’est une belle preuve en étant dans un lieu différent. Force est d’admettre que ce n’est pas du tout un obstacle. Ce site-là a un cachet assez particulier, et est très achalandé. Et on essaie d’occuper des sites qui ont un caractère symbolique au niveau de l’histoire. Le décor doit être en grande partie naturel pour un événement historique.» 

Mme Raymond ajoute aussi que le site est plus accessible pour les touristes, eux qui sont toujours au rendez-vous, mais aussi pour les gens de Québec. Du moins, c’est ce que l’équipe a remarqué à l’oreille, en écoutant la langue des conversations. 

La directrice générale des Fêtes de la Nouvelle-France, Mélanie Raymond, est fort satisfaite du déménagement des festivités au parc de l'Esplanade.

Après le divertissement, viendra...

La fête en est à sa 23e présentation, et on assure que l’intérêt ne dérougit pas. L’histoire est inépuisable, il y aura toujours quelque chose à apprendre, il suffit de creuser dans la bonne direction.

«La thématique nous amène à faire tous nos choix en fonction de ça. On s’inspire des faits vécus, on les amène d’une façon interactive sur nos sites. C’est important de se rattacher à des faits historiques. Moi je découvre des choses chaque année», note aussi Mme Raymond. 

Cette année, le divertissement et le jeu étaient au centre des Fêtes. L’an prochain, l’équipe trouvera un nouveau thème pour animer ses installations. 

Dès septembre, l’équipe cogitera afin de créer une 24e édition des Fêtes toute nouvelle. Mme Raymond s’assurera de conserver les bons coups de cette année, et espère revenir au parc de l’Esplanade.

«Il y a des coups de cœur dans les personnages qu’on ramène dans une autre thématique, on en est à choisir nos chouchous!» 

Il faut dire que la météo était du côté des organisateurs pour assurer la réussite de l’événement. Une petite pluie samedi après-midi aurait pu effrayer les festivaliers, mais sinon, on n'a remarqué que du beau temps. 

Les Fêtes attirent les caméras

Il est à noter que le lieu historique national des Fortifications-de-Québec a accueilli plusieurs tournages et influenceurs dans les quatre derniers jours. Les Fêtes ont reçu une famille de 11 enfants dans le cadre de l’émission Nombreux et heureux diffusée sur les ondes de Canal Vie. L’équipe derrière le guide touristique en ligne Gay Voyageur présentant les meilleurs festivals à Québec est aussi venue capter des images des Fêtes. Le tournage d’un documentaire sur le passage dans la Capitale-Nationale de Oneika Raymond, journaliste, animatrice et blogueuse de voyage, a aussi eu lieu sur les sites. Plusieurs blogueurs ont également fait part de leur visite sur leurs plateformes.