Jeremy Gabriel présentait son spectacle en avant-première à L’ANTI bar et spectacles, vendredi.

Expulsés de L'ANTI pour avoir insulté Jeremy Gabriel

Karl-Emmanuel Picard, copropriétaire de L’ANTI bar & spectacles, dans Saint-Roch, a dû expulser des spectateurs peu avant le concert de Jeremy Gabriel, vendredi soir. «Des gens qui ont payé 20 $ juste pour venir rire de quelqu’un.»

«C’est une première dans ma vie de propriétaire de bar. Je viens de sortir et rembourser un client avec ses amis [qui] venaient assister au spectacle de Jeremy pour rire de lui et dire des commentaires désagréables à lui et sa famille...», a écrit M. Picard sur Facebook, vendredi soir.

Dès l’annonce du concert sur les réseaux sociaux, commentaires haineux ont commencé à émaner sous les publications de L’ANTI, a relaté au Soleil, samedi, celui qui est aussi à la tête de District 7 Production. Des commentaires faciles à repérer mais qui ne seront pas cités ici.

S’il ne peut tout contrôler ce qui dit sur Internet, M. Picard a tout le loisir de gérer sa salle de spectacles comme il l’entend. Et c’est ce qu’il a fait vendredi. «J’étais près de la console et j’entendais quatre ou cinq personnes [proférer une insulte sur son handicap physique]», a-t-il raconté.

Il s’est dirigé vers le groupe, les invitant au respect. «Ils avaient l’air de dire que ça allait être correct, mais ils ont continué.» M. Picard et son équipe ont expulsé les clients indésirables, non sans peine, proposant finalement un remboursement. Le Service de police de la Ville de Québec a été demandé sur les lieux mais n’a pas eu à intervenir.

M. Picard ne s’attendait pas à devoir gérer pareil comportement. «C’était pas la première fois que Jeremy venait à L’ANTI. Lors d’une soirée karaoké, ça s’était fait dans le respect. […] Je suis découragé de savoir que des gens ont payé 20 $ un vendredi soir juste pour venir rire de quelqu’un.»

Le promoteur a dénoncé que plusieurs internautes préfèrent «détruire des artistes» plutôt que de s’ouvrir à la diversité.

«Événement isolé»

Jeremy Gabriel, atteint du syndrome de Treacher-Collins, présentait son spectacle en avant-première, vendredi. Joint par Le Soleil, il a préféré ne pas commenter, qualifiant le geste «d’événement isolé». D’autant plus, a-t-il précisé, qu’il n’était pas encore sur scène au moment de l’incident. 

En entrevue sur les ondes de TVA le 27 mars, Jeremy Gabriel déclarait vouloir vivre de la musique et affirmait préparer une tournée. Il n’a pas caché qu’il avait des détracteurs, mais qu’il ne s’arrêterait pas pour autant. 

«C’est difficile. Il y a des embûches, plein d’obstacles. C’est ce que je veux faire pour moi, mais aussi pour amener la société [à parler] d’inclusion», disait-il à l’animateur Denis Lévesque.