Les résultats d’une étude d’opportunité sur un nouveau lien — routier ou pas — entre les deux rives du fleuve Saint-Laurent seront connus à l’été 2020 en vue d’une décision gouvernementale à la fin de cette même année.

Étude d’opportunité sur le troisième lien: délais critiqués à Lévis

«Les gens trouvent que les échéanciers sont longs.»

Le maire Gilles Lehouillier résume ainsi les réactions des citoyens de Lévis à l’annonce de la réalisation d’une étude d’opportunité sur un nouveau lien — routier ou pas — entre les deux rives du fleuve Saint-Laurent. Les résultats seront connus à l’été 2020 en vue d’une décision gouvernementale à la fin de cette même année.

L’élu municipal est d’accord avec les uns et les autres. «Je ne m’en cache pas. On a toujours dit qu’au niveau des échéanciers, c’était long», a dit M. Lehouillier mercredi en marge d’une annonce au Centre de plein air de Lévis. 

Le politicien s’est toutefois rangé aux arguments du ministère des Transports du Québec, qui estime impossible de faire le tour des besoins et des solutions en moins de 30 mois. 

En contrepartie, le maire de Lévis promet de veiller au grain pour qu’il n’y ait pas de perte de temps. «On va suivre l’évolution du dossier et nous, ce qu’on espère, c’est que le rythme va être quand même soutenu. Il faut que ça roule. S’il y a des possibilités de devancer au moins pour rendre publics certains scénarios le plus vite possible, ce serait intéressant», indique-t-il. 

M. Lehouillier suggère également au Bureau de projet sur le troisième lien de mener en parallèle certaines études. «Pendant qu’on fait les études de circulation, est-ce qu’on peut commencer à regarder des scénarios de troisième lien en termes de coûts», donne-t-il en exemple.