Pour le conseiller Rémy Normand, il ne fait pas de doute que les conclusions seront que le tramway est le meilleur mode de transport retenu pour Québec.

Étude comparative sur le tramway: Québec fait appel à deux experts de Montréal

La Ville de Québec mandate deux professeurs des HEC de Montréal «en dehors du débat local» pour valider les conclusions de l’étude comparative réalisée par Systra, qui soutient le choix d’un tramway sur celui d’un métro ou tout autre mode de transport.

L’administration Labeaume avait été critiqué en avril lorsqu’elle a annoncé que Systra, déjà sous contrat avec elle, réaliserait l’étude comparative exigée par le ministère de l’Environnement pour répondre aux préoccupations citoyennes lors de récentes consultations publiques. 

Le conseiller municipal et président du Réseau de transport de la Capitale, Rémy Normand, était alors mécontent de devoir se plier à cet impératif, ne doutant pas que les conclusions seront que le tramway est le meilleur mode de transport retenu pour Québec. 

Pour lui, Systra demeurait la meilleure option pour réaliser rapidement l’étude plutôt que de publier un nouvel appel d’offres. 

Avec ses commentaires et le choix de Systra, il n’en fallait pas davantage pour que les critiques fusent sur le manque d’indépendance de l’exercice.

C’est pourquoi la Ville s’est tournée vers la métropole pour retenir les services de deux experts indépendants. C’est ce qu’on a appris jeudi lors d’une rencontre de presse mensuelle sur l’état d’avancement du projet de réseau structurant de transport en commun. 

Il s’agit de deux professeurs des Hautes études commerciales de Montréal, Jacques Roy et Robert Gagné. Le premier est notamment spécialiste de la gestion et de la logistique et le second est fondateur et directeur sur la productivité et la prospérité, entre autres choses.

Suivi en continu

«On cherchait des ressources externes reconnues. Les deux personnes sont en dehors du débat local à Québec tout en étant au fait des grands projets, explique M. Normand. Ils vont agir un peu comme des commissaires à l’éthique. Ils garantiront la probité du processus d’analyse, la recherche qui y est associée et ils porteront un jugement sur les conclusions. Si ça ne répond pas aux critiques d’indépendance, je ne sais pas ce qui répondra», a-t-il ajouté.

Pour la petite histoire, le maire Labeaume avait vertement critiqué en 2014 les résultats du Palmarès sur les municipalités, une étude comparative menée par M. Gagné. Ce qui a fait dire en substance au conseiller Normand, sur le ton de la blague, qu’on ne pouvait accuser la Ville de chercher une trop grande proximité avec les experts.

Le président du RTC souhaite obtenir les résultats de l’étude et l’analyse des experts indépendants quelque part à l’automne. C’est aussi à cette même période que seront transmis les résultats de l’étude d’impact sur l’environnement. Elle tiendra compte de la circulation et de la mobilité des usagers, de l’ambiance acoustique et vibratoire, et de la qualité de l’air et de l’émission des gaz à effet de serre.

Séances d’information

Rémy Normand a aussi fait connaître, jeudi, les dates de présentation de trois séances publiques d’information. Elles se dérouleront le mardi 11 juin à l’Hôtel Pur, le jeudi 13 juin à l’École secondaire Québec High School et le mardi 18 juin à l’Édifice Andrée-P.-Boucher, toutes à 19h.

Aussi, le bureau d’information mobile prendra bientôt la route. Il s’agit d’un autobus, aménagé comme un kiosque, où les gens pourront obtenir des renseignements sur le futur réseau grâce à la présence d’agents d’information. Le véhicule sera présent dans les grands événements estivaux, près des centres commerciaux et dans les milieux scolaires à la rentrée d’automne.