Régis Labeaume (au centre) a testé la clé d'Espace 400e, obtenue pour la somme symbolique de 1$. Sur notre photo, M. Labeaume avec le ministre fédéral Jean-Yves Duclos et le conseiller municipal de District de Saint-Roch–Saint-Sauveur, Pierre-Luc Lachance.
Régis Labeaume (au centre) a testé la clé d'Espace 400e, obtenue pour la somme symbolique de 1$. Sur notre photo, M. Labeaume avec le ministre fédéral Jean-Yves Duclos et le conseiller municipal de District de Saint-Roch–Saint-Sauveur, Pierre-Luc Lachance.

Espace 400e cédé à la Ville pour 1$ symbolique [VIDÉO]

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
De coquille vide, Espace 400e du Vieux-Port de Québec deviendra un lieu à vocation touristique et de diffusion culturelle. L’édifice rénové à grands frais par Ottawa en 2008 devient la propriété de la Ville de Québec pour la somme symbolique d’un dollar.

Depuis son ouverture, le legs de 9 millions du gouvernement canadien aux fêtes du 400e de Québec a toujours peiné à attirer les expositions culturelles et thématiques qui lui étaient destinées. Dès 2011, le fédéral l’avait inscrit dans sa liste d’équipements excédentaires. Il y a plus de deux ans, il faisait part de son intention de s’en départir. Aucune des deux transactions amorcées avec des promoteurs privés n’a abouti.

«Demander au gouvernement de céder pour un dollar un édifice comme celui-là, c’est presque aussi difficile que de régler un tramway», a lancé à la blague le maire de Québec, Régis Labeaume, lundi, lors de l’annonce de la transaction en compagnie du ministre fédéral, Jean-Yves Duclos. 

«On voulait absolument mettre la main sur cet édifice-là. Il est situé au carrefour des gens de Québec qui fréquentent l’endroit, des touristes et des croisiéristes. On est dans un endroit très stratégique», a renchéri le maire.

Office du tourisme

D’ici au plus tôt un an, le premier geste de la Ville sera d’y aménager le quartier général de l’Office du tourisme de Québec. La cinquantaine d’employés logent actuellement dans des bureaux en location d’un édifice de la rue Saint-Joseph, à l’intersection de la rue de la Couronne. 

«On souhaite en faire une espèce de centre d’accueil touristique. Nous permettrons aussi des activités en lien avec le tourisme et pourrons y loger des intervenants corporatifs du milieu touristique. En bon français, ça va être un «showcase» pour le tourisme», souligne M. Labeaume, qui a la conviction que les demandes pour s’y installer seront nombreuses.

Il caresse aussi le projet d’y établir une liaison constante, par exemple des images en direct, avec d’autres membres de l’Organisation des villes du patrimoine mondial. «C’est une façon de partager un lien de promotion touristique des villes du patrimoine.»

Le rez-de-chaussée servira exclusivement comme espace d’exposition et de prestations artistiques. Tout est sur la table. M. Labeaume croit que la Ville aura l’embarras du choix. «Ça peut être un paquet d’affaires. Le pire, ça va être de choisir.»

Espace 400e compte 45 000 pieds carrés. La moitié servira aux espaces à bureaux. La Ville ne pouvait chiffrer, lundi, le coût de transformation pour y accueillir les bureaux.

Le ministre Duclos était visiblement heureux de la tournure des événements. Le maire Labeaume l’a d’ailleurs félicité pour avoir facilité la transaction. M. Duclos a refusé de faire un lien entre le moment de l’annonce et l’éminence de la campagne électorale cet automne.