Régis Labeaume, le maire de Québec

Équipe Labeaume vend ses billets de cocktail par Internet

Pour la première fois cette année, la vente de billets pour le cocktail de financement d'Équipe Labeaume s'est faite aussi par Internet. Environ 10 % des billets ont ainsi trouvé preneurs sans échange d'argent sonnant.
Le site d'Équipe Labeaume permet depuis deux ans les dons en ligne. Le parti politique a eu l'idée d'élargir l'offre au seul événement de financement qu'il tient dans l'année, soit le cocktail du maire. Ce dernier a lieu mercredi au terminal de croisières Ross-Gaudreault, dans le port de Québec.
Pour se procurer un billet, les intéressés peuvent toujours passer par la trentaine de solliciteurs autorisés par le représentant officiel du parti. Il faut alors prévoir un paiement par chèque, se rencontrer pour la signature du reçu et la livraison du sésame.
«Les plus jeunes, c'est pas tout le monde qui a des chèques. Ça devenait de plus en plus compliqué» de les accommoder, raconte Ronald Gagnon, directeur général d'Équipe Labeaume. Pour la présente campagne, il est désormais possible de réserver et payer son billet de façon électronique, puis de l'imprimer chez soi comme on le ferait pour un billet de spectacle. Des frais de 2,29 $ s'ajoutent aux 100 $ demandés pour la soirée.
Les transactions pour Équipe Labeaume sont gérées par un site externe, lepointdevente.com, cofondé par trois jeunes entrepreneurs de Québec désireux de faire concurrence à Billetech. Les noms des trois actionnaires (Yannick Cimon-Mattar, Martin Coutu et Simon Gaudry) figuraient sur la liste des donateurs à Équipe Labeaume en 2014.
Du côté des contributeurs, peu de changement. Ils doivent attester qu'ils sont des électeurs au sens de la loi, donc qu'ils habitent à Québec. Ils doivent aussi déclarer que leur contribution est faite volontairement, à même leurs propres biens, sans compensation ni contrepartie, et qu'ils ne seront pas remboursés.
Signature électronique
Cette signature électronique, exigée par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ), remplace la déclaration de l'électeur devant être signée de toute façon sur chaque reçu de contribution.
Il faut aussi accepter que la compagnie émettrice de la carte de crédit utilisée transmette des informations sur le compte au DGEQ s'il en fait la demande à l'intérieur d'un délai de trois ans.
«Nous autres, ça nous évite de courir pour faire signer le reçu, qui est obligatoire maintenant. [Le soir du cocktail] on aura des scanneurs à la porte et ça va passer plus rapidement», souligne M. Gagnon, content d'économiser du temps.
À quelques heures du cocktail 2015, celui-ci s'attend à vendre une centaine de billets par Internet sur le millier qui trouve habituellement preneur. Cela alors qu'il y a eu peu de publicité faite autour de cette nouvelle possibilité. Le dg d'Équipe Labeaume croit réaliste de faire monter cette proportion entre 20 et 25 % l'an prochain car, dit-il, «le monde va s'habituer».