Environ 25 % du projet du complexe Le Phare devrait appartenir au Groupe Dallaire. Entre «5 et 10 autres investisseurs québécois» devraient se joindre à l’aventure d’ici le printemps.

Entre «cinq et dix autres investisseurs» pour Le Phare

Le Groupe Dallaire sera propriétaire de 25 % du complexe Le Phare. Entre «5 et 10 autres investisseurs québécois» devraient se joindre à l’aventure d’ici le printemps, a appris Le Soleil.

Lundi, le conseil municipal a adopté le règlement qui permet au promoteur immobilier d’aller de l’avant avec son développement de 755 millions $, à Sainte-Foy.

Un soulagement après sept années de boulot, concède au bout du fil le président et chef de la direction de Groupe Dallaire, Michel Dallaire. «C’est une autre étape importante. Je suis très content».

Si tout se déroule bien, M. Dallaire prévoit réaliser la première pelletée de terre quelque part durant le mois de mars ou avril prochain. Avant, il doit obtenir les permis de construction nécessaires. Ce qui ne devrait pas poser de problème.

Il doit aussi compléter le financement pour démarrer le chantier. «Nous sommes en discussions avec certaines banques. Nous ne pouvions rien signer sans avoir le zonage», explique l’homme d’affaires. 

Les prochains mois seront donc très occupés pour l’entreprise de Québec. La mise en marché des premiers locaux commerciaux devrait se faire à partir du 1er janvier 2019. Pour les condos, l’objectif est de signer les contrats avec les premiers propriétaires au début de l’été. 

Rafraîchissons-nous la mémoire : le complexe de quatre tours, entre 17 et 65 étages, hébergera des bureaux, des commerces, un hôtel (156 chambres), des copropriétés (395 unités), des appartements (270 unités), une résidence pour personnes âgées (394 unités), une salle de spectacle et une place publique.

«Avec le feu vert pour le zonage, je suis maintenant capable de signer des ententes de location», explique M. Dallaire, mentionnant que plusieurs groupes ont cogné à sa porte.

Partenaires non dévoilés

Quant aux partenaires d’affaires pour le complexe Le Phare, M. Dallaire préfère pour le moment ne pas dévoiler le nom de ses nouveaux associés. À terme, l’objectif du promoteur est d’être gestionnaire et de détenir «25 % des parts dans chaque tour».

Pour la tour de verre de 65 étages, avec 25 % des parts, le patron précise que sa famille demeure le plus important joueur dans cette étape du développement. 

«Nous attendions le zonage pour pouvoir conclure des ententes avec des partenaires pour la construction de la première tour. Elle devrait coûter environ 450 millions $. J’ai toujours dit que je ne ferais pas ce projet seul, question de répartir le risque», avance-t-il. «En ce moment, je n’ai aucun partenaire américain. Nos discussions sont avancées avec différents groupes québécois. Ce sont des partenaires privés silencieux qui veulent investir dans l’immobilier. Ils ne veulent pas gérer l’endroit. Ce sont des gens qui croient au développement de Québec», poursuit-il.

En juillet dernier, le Groupe Germain n’avait pas caché au Soleil son intérêt pour le projet d’hôtel de 150 chambres dans le complexe. L’entreprise, qui détient un réseau hôtelier pancanadien, avait toutefois l’intention d’étudier davantage le dossier.

«Plusieurs chaînes nous ont approchés. On va s’asseoir après les Fêtes avec M. Germain, comme avec les autres», répond M. Dallaire. 

Pour les tours deux, trois et quatre, le Groupe Dallaire précise que les chantiers seront aussi réalisés en partenariat avec d’autres entreprises. 

«Les autres tours peuvent être détenues par les mêmes personnes ou d’autres groupes. C’est vraiment quatre projets différents. Mon objectif est de posséder 25 % dans chaque tour à la fin», explique le président.

Le projet de 3 millions de pieds carrés s’échelonnera sur une période de 10 ans.

M. Dallaire estime pouvoir livrer le pôle d’échanges souterrain pour le futur réseau structurant de transport en commun de la capitale d’ici 2022, comme le demande la ville.