La Ville profitera des travaux à la bibliothèque Gabrielle-Roy, qui débuteront en 2019, pour bonifier la place selon les commentaires des citoyens. 

En attendant la vraie place Jacques-Cartier

C'est déjà tourné vers le projet permanent à venir que le maire de Québec, Régis Labeaume, a inauguré la nouvelle place éphémère Jacques-Cartier, adjacente à la bibliothèque Gabrielle-Roy, dans le quartier Saint-Roch, dimanche après-midi.
Régis Labeaume n'en finit plus d'inaugurer des places éphémères, cet été. S'il a encore admis, lundi, que ce genre d'installations temporaires ne feraient qu'augmenter dans les années à venir, à Québec, certains projets ont un avenir plus élaboré. C'est le cas de la place Jacques-Cartier, situé aux pieds de la nouvelle tour de 20 étages du même nom, adjacente à la bibliothèque Gabrielle-Roy, sur la rue Saint-Joseph. 
«Ça fait longtemps qu'on dit qu'il va y avoir une place permanente ici», a rappelé le maire de Québec, lundi. 
À ses côtés, la vice-présidente du Comité exécutif de la ville de Québec, Julie Lemieux, a expliqué que son administration souhaite bâtir la place permanente durant les vastes travaux à la bibliothèque Gabrielle-Roy, qui débuteront en 2019, pour éviter de rallonger un chantier qui promet déjà d'être long. L'idée d'offrir à la population, d'ici là, une place éphémère «pour deux ou trois ans» s'est donc installée naturellement. D'autant plus que la Ville en profitera pour améliorer le projet à venir selon les commentaires des citoyens.
«On a voulu faire une place avec de la verdure, parce que dans Saint-Roch, il n'y en a pas beaucoup», a lancé Mme Lemieux aux citoyens réunis pour l'inauguration, invitant déjà la population à aller remplir un court sondage en ligne au votepour.ca pour faire part de leurs impressions sur la place Jacques-Cartier, une réalisation de l'atelier Le Banc et des Urbainculteurs. 
Solution pour les livres
Au moment de détailler, ce printemps, l'échéancier des travaux de 40 millions $ à venir à la bibliothèque Gabrielle-Roy, la ville de Québec ne savait pas encore où seraient installés les milliers de documents durant l'année où le bâtiment devra être fermé. 
Or, une installation temporaire semble maintenant avoir été trouvée par la Ville, qui promet plus de détails prochainement. «On a une bien bonne idée d'où ça va être. Disons qu'une solution nous est arrivée sur un plateau d'argent et l'on est en train d'évaluer ça», a expliqué Chantal Gilbert, conseillère municipale du district de Saint-Roch-Saint-Sauveur.