La conseillère Julie Lemieux accuse l'opposition d'être «alarmiste» dans ce dossier qui a fait des flammèches au conseil municipal de lundi soir.

Élections municipales de 2017: Julie Lemieux réfléchit toujours

L'avenir politique de Julie Lemieux, la numéro 2 de Régis Labeaume, demeure incertain à un peu plus d'un an des prochaines élections municipales.
«C'est quand même un mandat de quatre ans, donc il faut toujours y penser comme il faut avant de s'engager. [...] Ça peut avoir l'air cliché, mais c'est exigeant, et pour la famille c'est pas toujours facile. Ma réflexion est plus dans ce sens-là : est-ce que je continue à m'impliquer autant, parce que c'est beaucoup, beaucoup d'heures de travail» a-t-elle confié au Soleil samedi.
Mme Lemieux, qui est vice-présidente du comité exécutif et conseillère du district électoral de la Chute-Montmorency-Seigneurial, assure que sa réflexion n'a rien à voir avec Régis Labeaume, dont les méthodes de travail peuvent déplaire à certains employés de la Ville. «J'aime bien travailler avec le maire. Je trouve qu'on fait une belle équipe ensemble. On a chacun nos forces, on se complète bien.»
Conseillère municipale depuis 2009, Julie Lemieux briguerait en novembre 2017 un troisième mandat au sein d'équipe Labeaume. «Je pense bien que je vais continuer, mais il reste quand même à faire le point avec mon entourage», mentionne-t-elle. Car «quatre ans, c'est un bon mandat, et je ne suis pas le genre à abandonner en cours de route», conclut-elle.
Travaux dans Montmorency
Mme Lemieux a tenu ces propos en marge de l'inauguration de l'avenue Ruel et de la 122e Rue, dans le quartier Montmorency, dans Beauport, toutes deux mieux adaptées depuis les travaux de 4,6 millions $ qui y ont été réalisés ces deux dernières années. En tant que conseillère municipale du quartier, MmeLemieux s'est d'ailleurs dite «très contente, très fière» du résultat. Les travaux ont permis de refaire les infrastructures souterraines, d'élargir les trottoirs et de verdir les artères, en y plantant plusieurs arbres. «On fait école pour les autres quartiers de la ville», laisse entendre Julie Lemieux, qui compare Montmorency au quartier Saint-Sauveur.