Une «fête» de la Francophonie sera présentée le 24 juin au Pigeonnier, ainsi que dans cinq autres villes canadiennes simultanément.

Deux Saint-Jean à Québec

Grâce au Canada, Québec aura droit à deux Saint-Jean-Baptiste cette année.
Après le traditionnel concert sur les Plaines le 23 juin, la fête se transportera au Pigeonnier le lendemain pour un spectacle célébrant aussi la Francophonie et qui se déroulera simultanément dans cinq autres villes canadiennes. QuébéComm, par l'intermédiaire de sa division musicale Sismyk, orchestre les deux événements, a appris Le Soleil.
C'est parce que le Canada souffle ses 150 bougies cette année qu'une deuxième soirée de festivités nationales et visant à souligner l'apport des francophones au pays est prévue. Mais celle-ci s'élargit et s'exporte. Désignée sous le nom de «La Saint-Jean-Baptiste : Fête nationale du Québec et de la Francophonie canadienne» sur le site Internet de Patrimoine Canada qui finance en tout ou en partie les célébrations, elle se déploiera non seulement à Québec au parc de la Francophonie (Pigeonnier) - d'une capacité d'environ 10 000 spectateurs -, mais aussi à Winnipeg, Dieppe, Ottawa, Toronto et Whitehorse.
L'événement, que l'on imagine animé par des artistes québécois et francophones, sera diffusé en direct sur Internet. Une émission sera également réalisée par Sismyk qui agit comme producteur principal de la soirée pancanadienne. D'autres producteurs, comme la chaîne ontarienne TFO et celle de la francophonie canadienne, Unis, participent également à sa réalisation.
Tous les détails de la programmation seront dévoilés vendredi matin alors que les médias ont été convoqués par Le Centre de la Francophonie des Amériques. La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, le ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie, Jean-Marc Fournier ainsi que le maire de Québec, Régis Labeaume, seront présents à la conférence de presse.
Ce dernier avait souvent manifesté son désir au cours des dernières années d'accueillir une «fête» francophone dans la capitale à l'occasion du 150e anniversaire de la confédération. Déjà, Québec accueillera du 17 au 19 juillet la rencontre annuelle du Réseau des villes francophones et francophiles d'Amérique qui aura pour thème le tourisme culturel et généalogique.
Le 23 sur les Plaines
Quant à la soirée du 23 juin sur les plaines d'Abraham, celle-ci sera aussi organisée pour une deuxième année consécutive par Sismyk. «On vise à poursuivre dans le même vent de renouveau avec le souffle que l'on a donné l'an dernier», a laissé savoir le président fondateur de QuébéComm, Sylvain Parent-Bédard sans s'avancer sur les artistes qui monteront cette année sur la scène. Celui-ci n'a pas voulu davantage commenter les festivités prévues le 24 juin.
Après plusieurs années où l'intérêt pour la fête de la Saint-Jean-Baptiste a diminué, son organisation avait apporté des modifications dans la formule du spectacle qui était piloté par Marie-Mai. Et comme en 2016, le concert sera diffusé sur les ondes de Télé-Québec.
Les détails seront connus le 8 juin lors d'une conférence de presse annonçant toutes les activités prévues à l'occasion de la Saint-Jean-Baptiste orchestrées au Québec par le Mouvement national des Québécoises et des Québécois (MNQ). Par contre, celles de Montréal seront exceptionnellement dévoilées jeudi.
Pas une activité officielle de la Fête nationale
La présidente de l'organisation, Martine Desjardins, a par ailleurs tenu à souligner que l'événement du 24 juin à Québec ne pouvait être considéré comme faisant partie des activités officielles de la Fête nationale du Québec bien que sa dénomination par Patrimoine Canada porte ce titre. Les événements de la Saint-Jean-Baptiste sont choisis de manière très stricte par un jury et profitent de deniers publics québécoise pour leur financement, a précisé Mme Desjardins qui en a profité pour répéter que Québec devrait investir davantage que les 3,6 millions $ consentis annuellement depuis 2015, année où les montants pour les fêtes avaient été amputés de 20 %.