Ultima Immobilier et le constructeur Marc Drolet prévoient construire une trentaine de maisons de ville sur les deux terrains qu'ils viennent d'acquérir dans l'écoquartier d'Estimauville.

Deux nouveaux terrains vendus à l'écoquartier D'Estimauville

Ultima Immobilier et le constructeur Marc Drolet mettent la main sur deux terrains du futur écoquartier D'Estimauville pour 825 000 $. Ils prévoient construire une trentaine de maisons de ville, dont la moitié doivent être admissibles au programme Accès famille visant à favoriser l'accession à la propriété.
La Ville de Québec avait procédé en février 2016 à un appel d'intérêt pour les deux lots ciblés, mais aucune proposition n'avait été reçue. En mars dernier, le promoteur Ultima Immobilier, qui a Daniel Renaud pour président et Marc Drolet pour secrétaire, a déposé des offres d'achat. Le comité exécutif de la Ville a donné son aval mercredi.
Le lot 3 de la phase I de l'écoquartier D'Estimauville se situe sur la rue des Moqueurs, qui jouxte l'édifice à bureaux du gouvernement fédéral. Le terrain de 2864 mètres carrés donne au nord sur le parc central, au sud sur les jardins communautaires. Le lot 4, un peu plus petit et plus en long, se trouve au bout de la rue des Moqueurs en cours d'aménagement. 
Dans les deux cas, il est prévu d'ériger des maisons de ville sur un maximum de trois à quatre étages (10 à 15 mètres). Une seule case de stationnement est permise pour chaque logement. 
Le promoteur doit faire accréditer son projet auprès de la Société canadienne d'hypothèque et de logement (SCHL) pour bénéficier de l'assouplissement hypothécaire relatif au logement abordable. La moitié des unités doivent en effet répondre aux critères du programme municipal Accès famille, qui offre aux familles une aide financière pour la mise de fonds initiale lors de l'achat d'une habitation neuve. 
La Ville exige que la construction débute dans les 24 mois de la signature du contrat et que les travaux de construction se poursuivent «de façon continue, sans délai injustifié, jusqu'au parachèvement du bâtiment». Une amende de 2000 $ par mois est prévue en cas de défaut.  
Ultima Immobilier n'en est pas à ses premières armes en écoconstruction. L'entreprise est derrière le projet Habitus à l'écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres, qui vise les certifications LEED et NovoClimat. Les prix des maisons de ville superposées de deux étages y varient entre 259 900 $ et près de 400 000 $. 
«On trouve que c'est un beau projet qui correspond à ce qu'on souhaite voir dans les écoquartiers», a commenté vendredi Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif et responsable des dossiers d'aménagement. «Ça nous inspire et ça nous rassure que ce soit un promoteur comme ça parce qu'il a déjà l'expérience de l'écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres et il a du goût de toute évidence, une belle signature architecturale aussi», a-t-elle expliqué.
Grand lot disponible 
Outre ces deux terrains, un autre a déjà été acquis par l'organisme Un toit en réserve, qui planifie 70 logements sociaux dans l'écoquartier D'Estimauville. Les plans et devis du bâtiment de six étages sont en phase d'approbation. Le chantier de 15 millions $ devrait être lancé plus tard cette année et durer environ 10 mois. 
Il reste un grand lot donnant sur l'avenue D'Estimauville disponible pour cette première phase de l'écoquartier. Mme Lemieux a confiance qu'il trouve rapidement preneur. Des discussions ont déjà cours entre les fonctionnaires et des acheteurs potentiels. 
Comme elle l'avait promis, la Ville de Québec va également construire le parc au centre de l'écoquartier cet été, puis ce sera le tour des jardins communautaires. «C'est un secteur qui va être en ébullition en 2017-2018. Ça va bouger beaucoup», se réjouit la numéro deux de l'administration Labeaume.