Deux mois de chantier de moins sur la Grande Allée

Le chantier de la Grande Allée durera deux mois de moins que prévu, a annoncé lundi l'administration Labeaume, qui a demandé aux ingénieurs de resserrer l'échéancier pour réduire les impacts sur les commerçants.
«On le fait pour les commerçants. [Ils] vont adorer, j'en suis convaincu», a révélé le maire Régis Labeaume, lundi, lors d'une conférence de presse pour présenter les différents projets qu'a lancés son administration pour l'embellissement de la ville. 
De son propre aveu, M. Labeaume n'était pas chaud à l'idée que Grande Allée passe deux étés complets en chantier. Plusieurs commerçants avaient manifesté leur mécontentement devant cette éventualité. La conseillère du quartier, Anne Guérette, avait aussi déploré cette situation.
Avec sa conseillère responsable de l'aménagement du territoire, Julie Lemieux, le maire a demandé aux concepteurs et responsables du chantier de réduire au maximum l'échéancier. «On vous annonce qu'à la mi-juillet 2015, tout sera terminé. On le fait vraiment beaucoup pour les commerçants, on doit le dire. On a travaillé fort pour minimiser l'impact. [...] On a poussé, on a serré la vis.»
Les deux élus ont insisté lundi sur l'importance d'investir dans l'embellissement de la ville. Ce ne sont pas des «dépenses inutiles», soulignent-ils. Plus la ville est belle, plus on a envie d'y vivre et de la visiter, a soutenu M. Labeaume.
Il a donné un autre exemple de projet majeur, celui de l'aménagement de la bordure du fleuve, des ponts à l'usine White Birch. «Au Canada, des villes dont les rives sont aménagées de cette façon, moi je n'en connais pas. [...] Ça va être magnifique.»
Parmi les sections qui restent à réaliser, la promenade du Port, cette portion du corridor du littoral qui passe sur les terrains du Port, la place Dalhousie, dont le financement a été accepté par le gouvernement du Québec, et le réaménagement du bassin Louise, dont les plans doivent être présentés sous peu. Le maire a fourni des indices, lundi, en glissant qu'on aura des nouvelles cet automne. «J'ai vu les maquettes et c'est ben beau», a-t-il soutenu. Comme demandé par la Ville, le Marché du Vieux-Port, qui est de propriété municipale, doit être intégré à l'ensemble. 
Autres projets dont la Ville est fière, la bibliothèque Monique-Corriveau, la côte de Sillery, le réaménagement du chemin des Quatre-Bourgeois, devant l'Université Laval - et pour lequel Julie Lemieux demande la patience des automobilistes : «Ça va être beau!» -, la passerelle Bourdages-Victoria, les parcs Saint-Odile, du Musée et John-Munn, le stationnement pour piétons de Limoilou, l'îlot des Palais, la réfection des parterres de l'hôtel de ville, la piscine et le stade de soccer Giffard, entre autres. 
«Québec, c'est une capitale nationale, c'est une ville touristique et patrimoniale. C'est une ville parfaite pour le beau. En dépensant pour des infrastructures, tant qu'à investir, il y a toujours moyen d'en mettre un peu plus pour que ce soit beau. [...] Si on est rigoureux, on est capables de faire des belles choses à des coûts très raisonnables. Je vous dirais en plus de ça, on veut améliorer la culture du beau à Québec», a plaidé Régis Labeaume.
Place Dalhousie, une priorité
Parmi les grands projets d'embellissement de la Ville, le réaménagement du stationnement Dalhousie, en face du Musée de la civilisation, est prioritaire. On veut que les nombreux croisiéristes qui débarquent à Québec le fassent non pas dans un stationnement à ciel ouvert, mais dans un beau parc, qui devrait être prêt pour 2017. Par la même occasion, on en profitera pour repenser la place de Paris, où la sculpture d'art contemporain Dialogue avec l'histoire donnée par la Ville de Paris, fait tiquer plusieurs citoyens de Québec depuis qu'elle y a été installée, en 1987. «On va s'organiser pour qu'elle soit belle», promet le maire Régis Labeaume, qui avait pensé la déménager, avant de se raviser. «On va lui donner un petit peu d'amour, on va lui installer du monde autour», soutient Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif de la Ville, qui pense à la mettre en valeur au moyen de jeux de lumière.  
Avec Patricia Cloutier