Il est encore trop tôt pour parler d'un retour du Crashed Ice dans la capitale en 2016-2017. Mais Québec semble positionnée parmi les valeurs sûres.

Deux courses de ice cross downhill pourraient être ajoutées l'an prochain

Le championnat du monde de ice cross downhill pourrait passer de quatre à six courses dès l'an prochain. Québec, considérée comme l'épreuve reine de la série Red Bull Crashed Ice, sera évidemment des discussions si une telle expansion va de l'avant.
Dans l'éventualité où le géant autrichien ajoute deux épreuves à son calendrier, la saison 2016-2017 deviendrait celle comportant le plus grand nombre d'épreuves depuis la création du championnat du monde en 2010. L'année 2013 avait été la plus chargée, avec cinq arrêts, dont deux au Canada.
Selon Patrice Drouin, président de Gestev, entreprise derrière le Crashed Ice de Québec depuis 2006, il n'est pas impossible que le grand cirque de Red Bull songe à instaurer une des destinations fixes à son championnat international. «On va avoir cette discussion-là [dans les prochains mois]», a-t-il confié en entrevue, samedi.
Dans les bonnes grâces de Red Bull grâce à la production d'une douzaine d'épreuves en Amérique du Nord, dont les 10 à Québec et celles d'Edmonton (2015) et de Niagara Falls (2013), Gestev sera encore une fois des discussions. «On est un joueur important. C'est nous qui en avons [produit] le plus», soutient M. Drouin. «Québec, il y a quelque chose de magique ici que tu ne peux pas sous-estimer, que tu ne peux pas renier.»
Avant une décision définitive, il faudra voir ce que réserve l'avenir de la discipline du ice cross downhill à court terme. Le sport vit en effet d'importants changements depuis deux ans.
Brouiller les cartes
La création de la All Terrain Skate Cross Federation cette année et l'émergence de compétitions amateurs viennent brouiller les cartes et créer de nouvelles possibilités. «Tu vois qu'ils sont en train de gérer et digérer plein de nouveautés. [...] Je sais ce qu'ils vivent actuellement [avec la création d'une fédération]», a-t-il dit. «Dans l'avenir, on va regarder où ça s'en va. Mais on n'a jamais été fermés de discuter de développement.»
Il est donc encore trop tôt pour parler d'un retour du Crashed Ice dans la capitale en 2016-2017. Mais Québec semble positionnée parmi les valeurs sûres.
À noter que Red Bull tente de développer le sport ailleurs au Canada. Un système d'alternance entre Québec et d'autres villes a déjà été envisagé, comme en fait foi l'expérience à Edmonton l'an dernier.