Pour une première fois depuis des années, l'amphithéâtre de 370 millions $ inauguré en septembre n'apparaît plus dans les dépenses de la Ville de Québec.

Des revenus de 4 millions $ pour l'amphithéâtre en 2016

Le Centre Vidéotron fera atterrir 4 millions $ dans les coffres de la Ville de Québec en 2016.
Outre le loyer fixe de 2,5 millions $ payé par le gestionnaire Québecor, l'administration Labeaume prévoit toucher près d'un million en redevance sur la vente de billets.
Une somme de 435 000 $ proviendra pour sa part des revenus de stationnement à ExpoCité.
«Je trouve que ça va bien. Je trouve qu'il se vend pas mal de billets», a commenté le maire Régis Labeaume à propos de la redevance de 10 % allant jusqu'à 4 $ par billet vendu versée par Québecor à la Ville. «Rihanna à 20 000 personnes, c'est 80 000 $ à ne rien faire chez nous», a-t-il illustré.
Pour une première fois depuis des années, l'amphithéâtre de 370 millions $ inauguré en septembre n'apparaît plus dans les dépenses de la Ville de Québec.
Place Jean-Béliveau
Quelques éléments périphériques sont toutefois toujours présents, dont la place publique Jean-Béliveau. Quelque 500 000 $ sont prévus en 2016, 2,8 millions $ en 2017 et 1,7 million $ en 2018. Ces 5 millions épongés par les fonds municipaux représentent la moitié de ce projet total de 10 millions $. Le gouvernement du Québec payera l'autre montant de 5 millions $ prévu pour cette place publique de près de 15 000 mètres carrés qui devrait compter notamment des sentiers glacés et une promenade bétonnée qui traversera le site d'ExpoCité d'est en ouest.
Signalisation près d'ExpoCité
Toujours près du Centre Vidéotron, la Ville prévoit dans ses investissements 1,4 million $ d'ici à 2017 pour les modules de signalisation électronique installés aux entrées d'ExpoCité. La somme «vise également à mettre en place des panneaux de signalisation d'acheminement à l'intention des automobilistes et des piétons sur le site d'ExpoCité», peut-on lire dans un document budgétaire qui qualifie l'actuelle signalisation de «désuète».