Photo Caroline Gregoire, Le Soleil - Quebec - Departs pour la Floride - 07/01/2017 - le 7 janvier 2017 - # ###### - ACT - 30 -

Des Québécois choqués mais sereins s'envolent vers Fort Lauderdale

S'ils avouaient unanimement avoir été choqués par la fusillade de vendredi, les Québécois qui s'envolaient pour Fort Lauderdale de l'aéroport de Québec, samedi matin, n'avaient aucune crainte à atterrir dans le théâtre du drame de la veille.
Pour la plupart des habitués de Fort Lauderdale, les passagers des vols d'Air Transat et Sunwing rencontrés par Le Soleil s'envolaient pour la Floride tôt samedi matin, à peine 18h après la fusillade qui a coûté la vie à cinq personnes. Tous s'entendaient pour dire que l'aéroport de Fort Lauderdale serait un modèle de haute sécurité, à leur arrivée là-bas, au lendemain du drame.
«Ça ne peut pas être plus sécuritaire qu'aujourd'hui, la sécurité est partout dans l'aéroport», a pointé Gaétan Roy avant d'embarquer dans son vol pour Fort Lauderdale, où il réside désormais.
«J'étais revenu à Québec pour deux semaines de vacances. Les incidents d'hier m'ont affecté, et je suis très affecté par tout ce qui se passe aux États-Unis. Mais je ne vais pas trop m'avancer là-dessus, disons que ce n'est pas la même mentalité», a-t-il mentionné, se mordant la langue pour ne pas en dire davantage.
Également un habitué de Fort Lauderdale, qu'il visite annuellement depuis deux décennies, Réal Fortier avouait qu'il avait été surpris qu'un attentat pareil frappe si près de lui.
«J'ai été surpris parce qu'à Fort Lauderdale, on n'a jamais eu ou entendu parler de quoi que ce soit du genre. Je ne pensais pas qu'on vivrait une chose comme ça là. Mais des attentats, à un moment donné, il y en a maintenant partout sur la planète. Le phénomène n'est pas excessivement différent. Il y a du volume, il y a du monde dans un aéroport.»
Évidemment, il a douté pendant un moment, vendredi après-midi, que son avion décolle comme prévu le lendemain. «Quand on a su la nouvelle, j'ai dit à ma conjointe d'aller vérifier Sunwing s'il y avait des retards ou une annulation de vol. Mais on atterrit au terminal 4, assez loin du terminal 2. Il n'y a visiblement pas de problème et ça ne m'inquiète pas.»
Même son de cloche chez Michaël Bernier, qui s'envolait avec sa conjointe et son bébé, samedi matin. «Il n'y a pas de stress à matin, ils ont tout arrangé ça. Mais on a eu peur un peu de ne pas partir.»
«C'est sûr que tu ne t'attends pas à ça, surtout avec toute la sécurité qu'il y a maintenant dans les aéroports», a-t-il admis.
Aucun autre vol vers Fort Lauderdale n'était prévu, samedi, à l'aéroport de Québec, après le départ de Sunwing à 7h55. Trois autres départs d'Air Transat, Sunwing et WestJet sont cependant à l'horaire, dimanche matin. À Montréal, des vols d'Air Canada vers Fort Lauderdale ont cependant dû être annulés, samedi, puisque la compagnie est desservie par le terminal 2, qui demeurait fermé. Les vols ont repris en soirée.
«Afin d'aider les clients à se rendre à destination dans les plus brefs délais, Air Canada prévoit ajouter des vols et exploiter de plus gros appareils au départ et à destination de l'aéroport international de Miami», a annoncé la compagnie sur son site Internet, offrant la possibilité aux clients dont le vol a été annulé en raison de la fusillade de l'échanger pour un autre d'ici le 16 janvier.